20 août 2018 – Drøbak – Hunnebostrand

Super emplacement cette nuit. On n’a pas été dérangés, même pas les gros bateaux qui passaient pendant la nuit et ce matin.

Poupoussy est partie à la boulangerie d’à côté pour chercher des viennoiseries pour le p’tit déjeuner. C’est grand luxe.

En quittant Drøbak on s’arrête pour faire le plein, puis au supermarché pour finir nos couronnes Norvégiennes.

Évidemment, on achète pour 2 fois les couronnes qui nous restaient (pas logique du tout).

Les viennoiseries du supermarché sont réalisées tout en finesse. Du grand art.

On aime beaucoup aussi le fromage en tube gout jambon ou bacon…

On a pris quelques bières / cidres norvégiens, des chips aux goûts qu’on n’avait pas encore, le fromage marron qu’on trouve un peu partout, quelques boîtes de sardines, du chocolat firkløver (je retente le coup, on sait jamais) et du Rømmegrøt (frais et en poudre). Avec ça on est parés côté norvégien.

Puis on trace notre chemin en direction de la Suède via l’autoroute. On passe la frontière (inexistante) juste avant midi. On s’arrête sur deux aires pour faire la vidange et remplir le réservoir d’eau, et on en profite pour manger chez Max (note pour les lecteurs de ce blog : La Suède est le royaume de la malbouffe. Autant en Norvège on peut trouver facilement à manger équilibré, autant en Suède toutes les stations services ou les aires d’autoroute sont collées à des macdo, burgerking, KFC ou Max). Bon, on n’a pas abusé jusque là.

Une fois ce délicieux repas fini, on continue en direction de Strömstad où l’on peut observer (encore) un alignement de pierres en forme de bateau.

petite balade dans les champs pour arriver sur le site

Il fait beau. Les t-shirt sont à nouveau de sortie 🙂

Superbe alignement

La pierre du bout fait plus de 3m50 de haut

Nom d’un p’tit bonhomme !

Puis on continue encore au sud et on s’arrête à Tanum, site classé au patrimoine mondial de l’unesco où l’on trouve une très grande concentration de gravures rupestres.

On passe d’abord au musée (gratuit) qui permet de comprendre un peu ce qu’on va voir.

La région est en effet particulièrement riche en vestiges préhistoriques, dolmens et caveaux funéraires de l’époque mégalithique, gravures rupestres et tumuli de l’âge du bronze, champs de sépultures, menhirs et grosses pierres disposées en forme de navires datant de l’âge du fer.

Les fresques ont été gravées, par martelage à l’aide de pierres dures, sur des dalles de granite au début de l’âge du bronze, entre 1800 et 500 av. J.-C..

Plusieurs sites sont situés à quelques centaines de mètres autour du musée. Le premier est accessible à pieds, les autres nécessitent de prendre la voiture (d’ailleurs, petit message à l’Unesco : ça vaudrait le coup d’aménager un peu le site pour que ce soit plus accessible aux piétons).

Le site à proximité du musée est de loin le plus impressionnant. On y trouve sept groupes de fresques. La plus grande, sur une dalle inclinée de 30 à 35 degrés par rapport à l’horizontale, a une hauteur de 7 mètres sur une largeur de 22 mètres ! Plus de 400 images et symboles y sont assemblés, dont environ 250 figurations et 165 cupules (des p’tits ronds – oui, moi aussi j’ai appris le mot aujourd’hui). Elle réunit notamment de nombreux navires et un célèbre couple de « jeunes mariés » qu’on ne voit malheureusement pas très bien car ils sont en haut de l’image, un peu en contre-jour, avec à proximité un homme brandissant une hache.

Six autres ensembles, nettement moins importants et plus dégradés, se trouvent plus au sud, sur une distance totale d’environ 500 mètres.

Détails : ici des bateaux

La gravure dite des « jeunes mariés » représentant un homme et une femme (cheveux longs) qui s’embrassent. À leur gauche un homme, deux fois plus grand, est tourné vers eux et lève une hache. Sans doute est-ce une divinité, du tonnerre ou de la foudre. Une hypothèse interprète la scène comme noce rituelle et fécondation symbolique de la déesse-mère.

Les hommes sont facilement reconnaissables à leur pénis en érection. Oui mesdames !

un chien et une cupule

Encore un homme avec son pénis en érection et une lance

Probablement une baleine bleue (assez rare apparemment dans les peintures rupestres)

Un homme (cf. pénis en érection) qui se fait attaquer par un serpent ?

Cette scène est assez connue apparemment. Il s’agit de la scène de la « lamentation » où la femme agenouillée (cheveux longs) se penche sur un homme, portant une épée, dont les pieds touchent un bateau. Cette figuration correspondrait aux cérémonies pratiquées en automne lors du départ en bateau du dieu de la fertilité, dont le retour est accueilli en triomphe au printemps.

scène de chasse ?

un autre artiste (le style est différent)

Difficile à distinguer, mais il s’agit d’un homme avec son pénis et un arc.

Le deuxième site (Aspeberget) se situe à 1km environ au sud du premier. Parmi les nombreuses scènes qu’on peut y voir, celle de troupeaux et de leurs gardiens, un archer, un laboureur, un chariot.

Homme (cf. pénis) avec bouclier

homme (cf…. bon, vous avez compris) avec bouclier et immense lance.

vue d’ensemble

et quelques détails.

Enfin, on passe voir le « Géant » sur le site de Litsleby, une gravure de plus de deux mètres d’un homme portant une épée et un javelot, la plus grande jamais identifiée de cette époque.

homme (pas de doute) avec son javelot. Il est plutôt impressionnant

Et ce cerf qu’on a trouvé mignon

et des traces de pas.

Petit aparté concernant les gravures. Ici ils utilisent de la peinture rouge mate très diluée permettant de voir tout le relief des gravures. Il y a cependant un controverse au niveau international sur le fait de colorier les gravures rupestres ou non. Les détracteurs critiquent l’authenticité de cette méthode (en fait, on ne sait pas si les gravures étaient coloriées ou non), et pensent que la roche s’érode plus rapidement si elle est coloriée. De l’autre côté, ceux qui approuvent disent qu’une part de l’excitation est perdue si les gravures ne sont pas peintes, car il devient alors difficile de trouver le bon angle de vue pour les voir distinctement. L’avantage de les peindre est que tout le monde arrive à mieux les voir, ce qui permet de créer de l’intérêt du grand public autour de la préservation de ces gravures et de cet héritage culturel. La peinture permettrait aussi de protéger les gravures car cela les rendrait visibles et éviterait que certains marchent dessus par mégarde (par exemple pour prendre des photos)

Perso, je trouve que ça ressort bien avec le rouge. Je vote pour. Sans ça, c’est vraiment difficile de les voir.

Nous quittons Tanum et nous longeons la route 163 qui longe toute la côte du Bohuslän. Devant nos yeux ébahis nous traversons de petits villages de pêcheurs aux maisons rouges, blottis contre des falaises blanches ou grises et éclairées par le soleil couchant.

Entre chaque village s’alternent forêts et champs dans lesquels on voit des daims et des biches à profusion (on en a vu au moins une dizaine sur la route)

Nous traversons aussi le village de Fjällbacka.

Perso ça ne me disait rien de particulier, mais Poupoussy m’a dit qu’il fallait absolument le prendre en photo et le montrer à Annick et Marie…

On s’arrête au bout d’une petite heure de route dans un parking en bord de mer, au village de Hunnebostrand. Aucune interdiction pour les camping-cars a priori. Je pars faire un petit tour de reconnaissance.

Notre emplacement. Magnifique

A quelques mètres de notre parking se trouve une petite promenade au bord de la falaise et de la mer. Il y a actuellement une exposition de sculptures. Certaines sont assez impressionnantes. D’autre moins (pour ne pas dire : « il s’est pas trop foulé le gars »).

On en pense ce qu’on veut, mais il y a un peu de travail pour en arriver là.

Alors, certes, là aussi, mais bonh : accrocher une corde à la falaise et appeler ça une sculpture… tranquille le gars, OKLM

Là aussi… jeter des cailloux enduits de superglue sur une falaise… chacun son style

là c’est déjà plus recherché

celui là, à défaut d’être beau, est déjà plus imposant.

il fait un peu flipper en fait

OK

o_O

Alors lui c’est le champion. Le gars accroche un cerceau de 3m de diamètre près de la falaise, et ça y est, c’est un artiste 😀

et lui il a juste peint une roche couleur or…

Bon, j’exagère un peu. C’est plutôt sympa en fait.

De l’autre côté du parking, c’est le village de Hunnebostrand.

Superbes maisons de pêcheurs (aujourd’hui reconverties pour certaines (la plupart ?) en maison de vacances.

La lune est levée

Ce bateau fait des petites sorties pour aller voir une île avec des phoques. On aurait bien aimé y aller, mais il semblerait que c’était le dernier jour aujourd’hui !

Coucher de soleil sur Züüd.

Petite douche, repas du soir, puis dernière sortie pour photographier les couleurs du soir.

1 réponse

Laisser un commentaire