Novi Vinodolski – Opatija – île de Cres

Notre chambre chez l’habitant s’est avérée être vraiment très agréable. L’appartement de notre étage comportait 3 chambres et 3 salles de bains, mais nous étions les seuls de l’étage. Du coup, on s’est un peu sentis chez nous.
Le matin, nous prenons la route de Rijeka, plein nord.

Sur la route, on aperçoit le pont qui relie le continent à l’île de Krk

On fait des détours par plusieurs petits villages au bord de l’eau

Pour remonter sur la route principale, les croates ont tracé tout droit ! (un peu comme des mongols)

Vue depuis le haut

L’île de Krk en face

 

La ville de Rijeka ne présente pour nous pas beaucoup d’intérêt. Il s’agit d’une ville assez étendue, avec peu de monuments remarquables. Elle dispose surtout d’un grand port, et de nombreuses industries.

Plus intéressante, par contre, est la petite ville d’Opatija. Cette petite ville s’étire le long de la plage sur une bande de terre d’une centaine de mètres de large, à flanc de colline. La ville à un certain cachet, on dirait un peu un mini-Monaco, avec hôtels de luxe, bijouteries, et restos branchés. Les plages ont l’air bien sympa aussi, et les petites criques donnent vraiment envie de piquer une tête.

On se ballade le long de la plage, puis à l’intérieur de la ville, sur la rue principale.

Un bel hotel

Une terrasse au bord de l’eau

Petite crique perso pour garer son bateau

Le Cow Boy et son bateau

Vue sur la promenade

Avec la « plage » (un peu bétonnée, certes)

Ca donne envie

L’hotel Kravner

Un jardin en centre ville

Et des graphs sympa

Encore une belle maison (celle là est à vendre pour 308’000 €… avis aux intéressés)

Petit yacht près du rivage

encore un hotel et sa plage privée

Pour le midi, on trouve la terrasse avec la vue la plus sympa de la ville. Malheureusement, il n’y a que la terrasse qui est sympa, parce que niveau bouffe, c’est assez moyen (voir limite mauvais)

La belle terrasse

En début d’après midi, on se dirige vers le ferry, à une 20aine de km de là pour rejoindre l’ile de Cres. La traversée se fait sans encombres cette fois (pas d’entourloupes versions croates, slovènes, etc.), juste 45 minutes à attendre que le ferry arrive.

Le ferry arrive

Puis tout le monde débarque (même le beau combi volkswagen jaune et blanc!)

20 minutes après avoir embarqué, nous voici sur l’île de Cres. Cette île étroite et montagneuse est assez peu peuplée. Elle est couverte de forêts, et offre des points de vue imprenables sur le Kravner (Region d’où l’on vient) et l’Istrie (celle où on ira demain). On y trouve quelques villages abandonnés ou semi-abandonnés, ainsi que la ville de Cres.

Nous commençons notre ballade par le petit village de Beli. Petit village médiéval, la moitié de maisons semblent à l’abandon ou sont déjà en ruine. L’autre moitié à été très bien entretenue ou bien restaurée, et le village à beaucoup de charme.

Sur les hauteurs de l’île de Cres

Petite crique isolée

En arrivant au village de Beli

Dans le village

La place centrale

Petite maison

Un autre village sur la route de la ville de Cres

Nous continuons ensuite en direction de la ville de Cres. La ville est coincée entre son port ou accostent de gros bateaux qui semblent destinés à moisir ici tellement ils sont rouillés, et une forêt qui ressemble beaucoup à de la savane africaine, mais avec des oliviers.

La visite de la ville est très plaisante, et le soleil couchant met bien en valeur les façades pastels des maisons sur le port.

Le port de Cres

Les maisons pastels

En repartant, nous faisons quelques courses pour le soir, puis nous nous mettons à la recherche d’un spot pour la nuit. Au bout d’une dizaine de kilomètres, et après avoir pris une route secondaire, nous trouvons notre bonheur en quittant notre route sur un petit chemin. Notre emplacement est face à la mer, avec vue sur l’Istrie et les criques de l’île de Cres. Avec le soleil couchant, et un picnic, le spectacle est magique.

La vue en arrivant

Petit picnic

Coucher du soleil

Un peu plus tard dans la soirée

Encore plus tard

On se fait un petit film (les infidèles – pas mal) avant d’aller dormir. Dans la nuit, on se fait réveiller par des bruits bizarres. On croit d’abord à des sangliers (eh oui, parce que le Lonely précise que l’île était jadis peuplée de plusieurs dizaines de milliers de moutons, mais que l’introduction des sangliers a complètement changé l’éco-système, et que les sangliers ont chassé les moutons…)

Bref, on entend des bruits bizarres, et on se met donc à la recherche de sangliers (enfin, discrètement : derrière nos rideaux, portes fermées et vérouillées…)

Grace à la lumière de la lune (presque pleine) on aperçoit les monstrueuses bêtes qui nous ont réveillé : 2 gros moutons paissent paisiblement à 2m de la voiture… Bref, tout va bien 😀

1 réponse

  1. bonjour à vous deux, j’avoue que je n’ai pas lu tous les textes mais juste regarder les photos, en tout cas, je veux bien visiter ce pays rien que pour les ponts!

Laisser un commentaire