Podgora – Split – Trogir

Pour une fois, on a vraiment bien dormi. On le doit en grande partie à l’installation de Poupoussy qui devient de plus en plus experte en aération (laisser les 4 vitres entrouvertes), en positionnement de rideaux et domptage de ventouses, et en positionnement / orientation de la voiture pour que le soleil n’arrive pas directement sur nous dès le matin.

Bref, nous voilà prêts à attaquer cette journée. On prend la direction de Split que nous avons prévu de visiter aujourd’hui. Lorsque nous y étions passés à l’aller, il faisait déjà presque nuit, et nous n’avions pas eu le temps de voir la beauté du site (en fait, on avait fait un tour de parking central sans trouver de place, et donc on était de suite repartis pour trouver un endroit où dormir).

Mais d’après le Lonely, le centre ville vaut la peine d’être vu.

On longe la côte avant d’arriver à Split, en passant notamment par Omis, petite ville sympathique coincée entre la mer et les falaises, et une rivière qui passe tout près.

Toujours les beaux bateaux croates

;

En arrivant à Split, on se perd un peu avant de trouver le centre (il s’agit de la 2ème plus grande ville de Croatie). Mais finalement on se gare dans une rue qui s’avèrera assez près de la vieille ville. L’intérêt principal pour nous était le Palais Dioclétien. Il s’agit d’un site romain classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Quand on parle de palais romain, on se met à cauchemarder ballades de plusieurs heures dans des ruines romaines par 40°C, le tout en essayant d’imaginer ce à quoi aurait pu ressembler cet amas de cailloux qu’on nous présente comme un palais. Ici : que nenni! Le « palais » est le cœur bien vivant de Split. Un labyrinthe de ruelles bondées, parsemées de bars, restaurants, magasins…

Plus de 3000 personnes habitent à l’intérieur du palais, dans des de petites maisons en pierre. Et pour une fois, pas uniquement des touristes. Les croates habitent ici, et il n’est pas rare de croiser des grands mères qui regardent par les fenêtres les passants.

La place de la république

Le marché aux poissons frais

La place Narodni, avec l’ancien hotel de ville à droite

L’entrée ouest : la porte de Fer (chaque porte a un nom de métal : fer, or, argent, cuivre)

La cathédrale St Dominius

Les salles souterraines

Dont certaines ont été transformées en un bazar géant

Toujours la cathédrale

Un vélo Mercedes 😀

Dans les petites ruelles, on a trouvé un hotspot gratuit… du coup, petite mise à jour du blog 😀

;

Pour le midi, on se trouve un p’tit restaurant qui possède la climatisation (« il fait trrrrop chaud pour trrrravailler », comme dirait le mexicain dans la pub de Pulco – cf. références de prestige). On a besoin de légumes, donc on commande tous les deux des salades.

La recette de la salade César version croate c’est : laitue, tomates, quelques poivrons jaunes, concombre, et de tous petits morceaux de poulet qui ont manifestement déjà servi dans une pizza ou des tagliatelles au poulet, mais que le précédent client n’avait pas aimé, donc on les a remis dans le frigo quelques jours et on les rebalance dans la salade César. Et c’est tout. Pas de sauce césar (pas de sauce du tout d’ailleurs), pas de parmesan, pas de croutons…

Enjoy

La salade grecque avait l’air un peu meilleure (encore qu’il a fallu supplier pour avoir un peu d’huile d’olive, sinon c’était de l’huile normale…

Le seul point positif, c’était la clim et le fond sonore : des espèces de chants croates polyphoniques pas désagréables.

L’après midi on continue notre ballade dans la vieille ville. En retournant vers la voiture, on trouve un coiffeur (friser ici) et j’en profite pour me faire tondre (il était temps 😮 )

Un bar / restaurant dans les petites ruelles

La statue de Grégoire de Nin. Il parait qu’il faut lui frotter le gros orteil pour que ça porte chance…

;

Pour ne pas perdre les bonnes habitudes on se perd un peu en cherchant la sortie de Split (bon, il faut dire qu’ils ont dû mettre 3 ou 4 panneaux dans toute la ville…), mais finalement, nous voilà repartis dans la direction de Trogir, au nord.

On trouve même un grand centre commercial et on y achète du atnaf bleu

20120825-105720.jpg
La preuve

20120825-105729.jpg
Alors, au niveau du goût, on hésite entre le pamplemousse chimique, et le malabar un peu vieilli… En tout cas, la part de naturel là dedans ne doit pas être énorme 😀

Sur le chemin, le lonely indique qu’il ne faut pas rater la ville de Kaštela. On y trouverait 7 châteaux médiévaux qui valent le détour. Nous voilà partis à la recherche des châteaux.

Alors pour résumer :

– Les 3 premiers, on les a ratés parce qu’on ne pensait pas encore être arrivés à Kaštela (en fait, chaque château est dans une autre localité appelée « Kaštela quelquechose »

– le suivant, on a bien suivi les indications, mais point de château à l’horizon

– les 5èmes et 6èmes on a bien tenté de les approcher, mais à chaque fois on se retrouvait dans un cul de sac, et obligés de faire marche arrière pour ressortir

– Il ne restait que le 7ème. Celui là on ne pouvait pas le rater : il devait être relié au continent via un pont mobile. Notre sens de la déduction fonctionnant à 200%, nous nous mettons à longer la côte à la recherche dudit château. Après avoir longtemps tourné, on trouve ce petit monticule près de l’eau

;

On a donc cherché des explications à cette situation, et on est arrivé aux conclusions suivantes :

– Soit les Croates ont une définition du château qui est différente de la nôtre. Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais pour moi c’est un peu light pour un château (d’ailleurs, il n’y a même pas de pont mobile!)

– Soit nos attentes étaient quelque peu élevées, en référence aux châteaux que l’on trouve pas chez nous…

– Soit une manifestation de ventouses progressistes qui aurait dégénéré a contraint les autorités à déplacer les châteaux pour les protéger

Ces trois explications se tiennent… mais dans tous les cas, nous on n’a vu aucun château…

Au moins la vue depuis le « Château » est sympa

Ne voulant pas rester sur un échec, nous continuons notre route en direction de Trogir. Il parait que c’est « ze place to be » en Croatie : une cité construite sur une presqu’île avec de petites ruelles pleines de monuments romains et vénitiens…

Allons voir ça de plus près.

En arrivant, on se met à la recherche d’une « Sobe » (une chambre) pour la nuit. On trouve rapidement grâce aux indications du Lonely : La plupart des chambres sont gérées par des agences qui savent exactement lesquelles sont encore disponibles. On en trouve une située à quelques pâtés de maisons du vieux centre, avec parking, douche, et wifi (malheureusement, pas de clim, mais juste un plafonnier).

Une bonne douche plus tard, et nous voilà arpentant le port et quelques ruelles de la vieille ville à la recherche d’un endroit sympa pour manger.

Vue depuis le port

On tombera sur le Capo : petit restaurant familial et traditionnel servant des plats de viande et de poissons frais. Un délice.

20120825-110029.jpg

6 réponses

  1. Est-ce que tu es devenu bleu en buvant du atnaf?!?!? Allez, ramène nous une bouteille en souvenir… au fait, tu peux être la jeudi? on fête 3 anniv de 5 de tes neveux…. Une teuf a ne pas manquer!

Laisser un commentaire