Dubrovnik – Orebić

Profitons de notre hébergement jusqu’au bout:
– on exploite le wifi pour envoyer l’article de la veille,
– on prend de bonnes douches avant le départ de Dubrovnik,
– on recharge les batteries de tous les appareils électroniques disponibles (ha, j’ai oublié la batterie de l’appareil photo…).
On range nos affaires et nous voilà prêts à partir. On passe dans une boulangerie pour prendre de quoi faire un p’tit dej (des espèces de beignets à la confiture) et on prolonge en prenant de quoi picniquer le midi (des espèces de beignets au fromage).

On passe ensuite à la pharmacie (spéciale dédicace à Alice) pour prendre un anti-moustiques et une crème apaisante. D’ailleurs, on a une théorie concernant nos piqûres: on s’est fait bouffer quand on a dormi dans la voiture, mais on a de nouvelles piqûres depuis qu’on dort à Dubrovnik alors qu’on n’a vu aucun moustique dans les environs. On pense donc à une attaque d’acariens.
Bref, la crème apaisante devrait régler tout ça (on vous tient au courant, je sais que ce sujet vous passionne ;))

Nous faisons maintenant route en direction du nord ouest. Notre premier arrêt se fait à l’arboretum de Trsteno. Il s’agit d’un très beau jardin de style renaissance, dont les premiers dessins datent du 16eme siècle. On y trouve un labyrinthe, une belle fontaine, des parties laissées « sauvages » avec de nombreuses espèces locales ou venues des quatre coins du monde, dont certaines espèces d’arbres ayant plusieurs siècles. Il y’a aussi un étang avec des grenouilles, tortues et poissons rouges.
Endroit bien sympa, surtout appréciable pour l’ombre qu’on y trouve par temps chaud.

Mickey Mouse

Vue depuis la terrasse

La villa

La fontaine de Neptune

Avec ses nénuphars

Ses p’tits serpents

Et ses grenouilles taureau

On continue notre journée en remontant sur la presqu’île de Pelješac (qu’on avait déjà traversée rapidement à l’aller).

Peu après Ston, on cherche un endroit pour picniquer. On prend un petit chemin qui nous a fait quitter la route principale pour nous retrouver en bordure de la mer. Là nous tombons nez à nez avec des gens qui travaillent dans l’Ostréiculture. Ils ont l’air aussi étonnés que nous de nous voir ici (le coin ne semble pas très touristique), mais qu’importe. Nous sommes au bord de l’eau pour notre picnic. Ce qu’on avait moins prévu, par contre, c’est l’odeur : ça sent la moule (comme dirait Rocco Siffredi). Mais là aussi, nous faisons fi de ces inconvénients, et picniquons au milieu des ostréiculteurs.

Nous continuons notre route en direction de Orebić. Nous passons à nouveau dans tous ces villages qui vivent de la vigne. On décide de nous arrêter chez un producteur pour goûter les vins locaux. La gérante, très sympa, nous fait goûter toutes la production de vins rouges : du vin « de table » jusqu’à la cuvée prestige 2008, vieillie en fût de chêne. On prendra les 3 bouteilles qui nous ont le plus plû.
Il paraît que ces vins sont spéciaux car les vignes poussent sur des terrains très accidentés. D’ailleurs, les vignerons construisent des tunnels pour accéder en haut des vignes.

20120823-120749.jpg

20120823-120802.jpg

Plus on se rapproche d’Orebić et plus le paysage devient effectivement accidenté. La route nous offre de beaux points de vue sur la côte et sur l’île de Korčula que nous prévoyons de visiter demain.

P’tite plage au bord de la route

Vue sur quelques micro-îles

Vue sur Korčula

En arrivant à Orebić, nous nous mettons d’abord à la recherche d’un point pour dormir cette nuit. En sortant de la ville, on prend un petit chemin qui nous fait grimper la montagne et nous amène finalement près d’une église (en fait, un couvent) d’où on a un panorama imprenable sur toute la région. Derrière le couvent, on remarque un premier parking qui semble assez fréquenté, et un autre plus isolé. Ça devrait le faire!

On redescend et on se gare juste à côté de l’embarcadère pour le ferry qui mène à Korčula. De là on peut se balader dans le centre ville, et le long de la plage. On découvre alors une superbe plage de galets qui longe toute la ville. Quelques minutes plus tard nous voilà dans l’eau chaude de l’adriatique. Cette plage est assez caillouteuse au début, puis ça devient carrément de grands rochers qu’il faut traverser. Prévoir des sandales pour être plus à l’aise. Des robinets situés tous les 200m permettent de se débarrasser du sel de l’eau (et accessoirement , de prendre une douche pour les manouches que nous sommes :)).

Un bout de la plage vu depuis notre spot pour la nuit

Elle est bien bonne!

Une minuscule île habitée au coucher de soleil.

Le soleil commence à se coucher, et c’est donc l’heure de l’apéro. Pour varier un peu les plaisirs, on se prend une petite boisson dans une supérette, et deux épis maïs chauds, qu’on ira grignoter sur la plage.

20120823-120909.jpg

Pour le soir, on se finit dans une garrotte locale où pour un peu moins de 100kuna (moins de 13€) on se fait bien péter le bide.

20120823-121022.jpg
Avec une petite blonde en accompagnement 🙂

Nous remontons enfin vers notre spot trouvé l’après midi, près de l’église. Les deux parkings sont à présents vides. On a une très belle vue sur les lumières de Kurčula. On s’installe en fixant nos ventouses avec de la super glue (ou presque – photos demain promis).

PS : les photos du jour ont été traitées sur une terrasse en plein soleil – je ne maîtrise pas le résultat (on ne voit presque pas l’écran)

4 réponses

  1. Euh… attention aux effets secondaires des piqûres : on dirait que tu mets des accents bizarres… sur des CONSONNES ! 😮

    Plus sérieusement, c’est magnifique tout ça !

  2. ahhh enfin une pause efficace (la pharma) !! J’attends donc des nouvelles :p

    Et sinon : elle fait trop peur cette grenouille, on dirait qu’elle a une tête de crocodile, beuarkkkk !!

    Et super les plages de galets/cailloux, au moins vous ne ramenez pas de sable partout dans votre « chez-vous »;)

  3. Ouais c’est encore moi, je suis allée faire un tour sur wikipedia, vous savez quel est le nom « commun » de la grenouille-taureau ??

    –> le ouaouaron (ou wawaron) !!!

    Ca dédramatise la bête, non ?!

  4. -> Lolo : pas facile à trouver en plus sur le clavier, les accents circonflexes sur un « c » ou un « s » 😀

    -> Alice : ça commence à aller mieux : on s’est badigeonné d’anti-moustiques la nuit dernière, et on n’a pas été dérangés une seule fois !!
    Sinon je la trouve plutôt mignonne, moi, la ouaouaron 😮

Laisser un commentaire