25 juillet 2015 – Andenes

Aujourd’hui est un grand jour puisque nous avons prévu de faire un « whale safari », autrement dit, de prendre un bateau qui nous emmène voir les baleines !

On se lève vers 8h30 et on se prépare. La nuit a été plutôt agitée. On était sur le front de mer et le vent a beaucoup soufflé. On a mis le chauffage hier soir mais on l’a éteint cette nuit, du coup il fait bien froid dans le camion ce matin.

notre emplacement avec vue sur la mer (mais orienté Nord-Est, donc pas de soleil de minuit).
notre emplacement avec vue sur la mer (mais orienté Nord-Est, donc pas de soleil de minuit).

Le safari doit se passer en deux parties. D’abord une visite du « Whale center » où on a RDV à 9h45, puis l’embarquement pour le Whale safari à 11h pour une durée variant de 2 à 4h – (dépend de la distance à laquelle se trouvent les baleines, ainsi que du temps que met le capitaine du bateau pour les trouver).

On arrive donc à 9h45 au centre de la baleine, puis on fait la queue derrière quelques autres personnes. Au fur et à mesure de l’attente, on comprend qu’il n’y aura pas de bateaux ce matin : le vent souffle encore très fort, et ce n’est pas possible de sortir en mer. On nous explique qu’on peut déjà faire la visite du centre, et qu’on aura des informations vers 14h sur la possibilité de faire le safari dans la journée ou pas.

Un peu déçus, on décide de rester pour la visite du centre et voir comment ça se passe par la suite. Direction le centre de la baleine, donc, où on a droit à une visite avec une guide très sympathique parlant très bien anglais.

On a donc appris plein de trucs sur les baleines et en particulier celles qu’on peut voir à Andenes :

  • Les baleines aiment bien les eaux profondes car c’est là qu’elles trouvent de la nourriture (en particulier, des poulpes géants pouvant atteindre 20m de long !), or il y’a une faille dans l’océan tout près d’Andenes (15 kilomètres), ce qui fait qu’on peut atteindre la zone où se trouvent les baleines très rapidement.
  • La baleine la plus fréquemment observée à Andenes est le cachalot (en anglais : Sperm Whale (!)). Ceux qu’on observe ici sont des mâles solitaires qui viennent trouver de la nourriture et grossir avant de redescendre dans des eaux moins septentrionales pour y draguer des femelles…
  • Un petit cachalot mesure dans les 4 mètres à la naissance. Ils prennent jusqu’à 100kg par jour pendant leur croissance, principalement grâce au lait maternel qui est très gras (jusqu’à 50% de graisse alors que le lait de vache ou le lait maternel aurait 3-4% de graisse).
  • Pour chasser, les cachalots émettent des sons qui ressemblent à des petits « clics ». Ces sons sont réfléchis par le fond marin ainsi que par les proies potentielles et sont captés en retour par les cachalots. Ils s’orientent grâce à ces sons émis et reçus.
  • La société Whale Safari s’est équipée de deux sonars permettant d’écouter ces sons et d’orienter le bateau vers l’endroit d’où ils ont été émis. Habituellement les cachalots émettent ces sons, puis, une fois qu’ils ont trouvé leur proie, ils arrêtent de les émettre. C’est signe qu’ils vont remonter à la surface et il faut donc se tenir prêts et observer. Ils viennent pour respirer à la surface y restent quelques minutes, puis replongent. C’est à ce moment-là qu’on peut voir leur queue se relever au-dessus de l’eau. Bref, on aura en gros quelques minutes pour les voir respirer et quelques secondes pour faire les fameuses photos de queue de baleine. Ensuite, ils tiennent jusqu’à 45 minutes sous l’eau… il faut donc attendre. Les sonars permettent à la société de proposer la « whale warranty ». En gros, si pendant le safari on ne rencontre pas de baleine, soit on se fait rembourser, soit on peut réserver un autre safari sur un bateau qui va partir. A priori, c’est plutôt tentant (à condition que le bateau parte, ce qui n’était pas le cas ce matin…).

On a aussi appris qu’on pouvait reconnaitre les baleines grâce à la forme de leur queue (d’ailleurs, ils ont observé des baleines depuis 1987 qui reviennent systématiquement au large d’Andenes chaque année), et qu’elles avaient peu de prédateurs, le principal étant l’homme ou plus précisément ses activités (dont les rejets de plastique…), ainsi que la chasse (la Norvège est un des rares pays qui chasse encore la baleine à des fins commerciales – notre guide nous a précisé qu’il s’agissait d’une seule espèce de baleine qui n’est pas menacée d’extinction).

Outre les cachalots, on trouve d’autres baleines dans les environs d’Andenes, en particulier des groupes de globicéphales noirs qui se promènent par là.

les espèces qui ont déjà été observées dans les environs
les espèces qui ont déjà été observées dans les environs

Notre visite se termine par la découverte d’un vrai squelette de cachalot trouvé dans les environs d’Andenes.

le squelette
le squelette
la tête fait au moins 3 mètres de long
la tête fait au moins 3 mètres de long

Il est midi, on se trouve un endroit pour manger et attendre 14h. Andenes est une toute petite ville, il n’y a pas grand-chose (d’ouvert). Ce sera donc pizza.

Au retour au camion, Eden (et sa maman) font une petite sieste, tandis que je prends de l’avance et commence à lire quelques pages du Lonely sur la Finlande. Puis à 14h, le moment de vérité. Je retourne au centre de la baleine. Le hall d’entrée est blindé de monde (au moins 100-150 personnes. Vers 14h15 une des guides prend la parole. Ils ont discuté avec le capitaine. Il leur a dit que la météo n’est toujours pas terrible, et qu’en plus les baleines sont assez loin aujourd’hui. Il doit donc annuler toutes les sorties de la journée (il y’aura éventuellement une sortie ce soir, infos à prendre à 18h pour les plus motivés). Tout le monde se rue vers l’accueil pour annuler, réserver un autre bateau ou pré-réserver pour la sortie du soir. Je retourne au camion le temps que ça se calme. 45 minutes plus tard, je retourne à l’accueil. Il n’y a plus qu’une dizaine de personnes. Je fais encore la queue, puis je tente de changer ma réservation pour le premier bateau du lendemain (ça va être trop compliqué avec Eden un bateau qui part à 18h). L’hôtesse m’indique que le bateau de 11h est plein, et celui de 12h également. Il reste des places pour celui de 16h.

Je les réserve donc, et me positionne sur la liste d’attente pour les bateaux de 11h et 12h. Nous devons retourner au Whale Center à 9h45 pour voir ce qu’il en est.

Bon, il est 15h30, nous sommes au bout du monde à Andenes, il y’a un vent de fou et ça caille sa maman. On réfléchit à ce qu’on peut faire. L’option piscine intérieure aurait été intéressante. On se renseigne, mais la plus proche est à 3h30 de route d’ici. On a pensé à l’option vélo, mais il fait vraiment trop froid (d’ailleurs, on a acheté des gants pour nous aussi). Finalement, on fait une simple balade dans les rues de la « ville ». C’est relativement mort pour un samedi après-midi.

En fin d’après-midi, on décide de nous occuper un peu du camion. On va d’abord dans une station-service pour essayer de souffler à nouveau sur le boiler. Résultat : KO. On décide de l’ouvrir pour voir les entrailles de la bête.

on arrive à enlever le cache de la partie électronique
on arrive à enlever le cache de la partie électronique
voilà comment ça se présente
voilà comment ça se présente
on vérifie le fusible. A priori, RAS
on vérifie le fusible. A priori, RAS
voilà la carte électronique. A priori rien de particulier, pas de traces de cramé…
voilà la carte électronique. A priori rien de particulier, pas de traces de cramé…
pareil à l'arrière
pareil à l’arrière
on essaie de toucher au seul « réglage » qui nous semble possible : la petite vis grise à l'intérieur du rond bleu en haut à droite. Aucun effet.
on essaie de toucher au seul « réglage » qui nous semble possible : la petite vis grise à l’intérieur du rond bleu en haut à droite. Aucun effet.

Bref, on remet tout en place et on se dit que si on arrive à trouver cette pièce (chez Truma), on sera capables de la remplacer nous-mêmes (maintenant qu’on a réussi à la démonter et à la remonter…)

Si des connaisseurs (Jess, JP…) ont une autre idée, on est preneurs.

D’ailleurs, je pense avoir trouvé la réponse à ma question de la dernière fois concernant le 220V.

ça doit être ça le chargeur de batterie !
ça doit être ça le chargeur de batterie !

On refait aussi le niveau d’huile, et on nettoie le radiateur.

On part ensuite faire 2 courses, puis une vidange des eaux.

Ce soir, le vent souffle moins fort qu’hier (on a donc bon espoir pour demain). On décide donc de nous installer au bord de l’eau, mais plein ouest pour assister au soleil de minuit.

notre emplacement de ce soir. Au bord de l'eau, face à la mer
notre emplacement de ce soir. Au bord de l’eau, face à la mer
avec les falaises à côté
avec les falaises à côté
« notre » plage privée
« notre » plage privée

Vers 23h je tente une sortie photo, mais trop de nuages.

C'est pas pour ce soir le soleil de minuit…
C’est pas pour ce soir le soleil de minuit…

5 réponses

  1. hannnnn je le savais que vous alliez voir les baleines, j en étais sure!!! rhaaa je suis trop jalouse, nous nous étions trop tôt dans la saison, trop hâte de voir vos photos!!!! 🙂

    question truma, vous l’avez sorti carrément ou juste démonté la partie electronique?

    quand je dis sous le truma pour la bougie, je parle de sortir carrément le truma de son bloc, le vidanger (avec un seau en dessous pour récupérer l eau), le désolidarisé des branchements elec et eau et ouvrir le capot en dessous!

    je vais essayer de vous faire parvenir une photo ( prise quand le notre faisait des siennes!!)

Laisser un commentaire