Foulpointe – Ivolohina – Tamatave – Antananarivo

On va rentrer à Tana aujourd’hui.

Départ à 8h, après avoir pris le p’tit dej à l’hotel.

Il fait déja grand soleil. La route entre Foulpointe et Tamatave est superbe (à l’aller on n’avait rien vu car il faisait nuit…).


Premier pont flottant entre Foulpointe et Tamatave… ca va tenir… ca va tenir… 😉

Arrivés au 2nd pont flottant avant Tamatave, on bifurque à droite pour prendre la piste qui longe le fleuve.
Il y a un village ici, et apparemment tous les hommes (et je crois que même les femmes ainsi que quelques enfants :/ ) sont employés par Colas pour la reconstruction du pont.


Le chantier de Colas…

Il y en a qui ramassent du sable dans la rivière, d’autres qui le chargent dans les camions bennes Colas, et d’autres encore qui font des graviers à partir de morceaux de roche plus gros (à la main!!).
Ca me fait un peu mal de voir les enfants travailler aussi…

On arrive à la réserve de lémuriens de Ivolohina.


Entrée de la réserve d’Ivolohina

C’est moitié zoo moitié réserve naturelle: certains lémuriens sont en cage (bof), y’a aussi des serpents, des grenouilles, des tortues (énormes) et un caméléon.


Une tortue… sisi… sérieux!! 🙂


Ah il était pas facile à tofer lui!! en plein contrejour… mais j’l’ai eu!


Et un ch’tit caméléon aussi.


Ceux la étaient en cage, mais je trouve la photo magnifique (bravo Ga!!)


Bon, y’avait aussi des espèces beaucoup moins sauvages… 😉

D’autres sont en liberté.

On repart vers 10h30 et on passe par la banlieue de Tamatave, du coté de la plage.

La, en face du Miramar hotel (endroit ou les Rabe avaient l’habitude d’aller en vacances) il y avait une route qui longeait la plage jusqu’au port de Tamatave.
Mais la route n’existe plus aujourd’hui: elle a été complètement détruite (glissement de terrain + recouverte par du sable) lorsque le dernier cyclone a ravagé la cote est.


Y’avait une route ici, avant…

On a ensuite visité Tamatave (en voiture). La ville est quand même dans un état de délabrement assez avancé.


Le port de Tamatave (le plus grand port de Madagascar)


Le parking de Tamatave 😉


Les rues sont dans un triste état…


Et les dépassements sont plutot sportifs.


L’avenue principale à Tamatave

Le plus impressionnant reste les maisons coloniales qui datent du siècle dernier, voire avant, dont les façades sont complètement ravagées.

Vers 11h30 on repart vers Tana. On s’arrête à Brickaville pour manger dans un hotely un peu poisseux.

Tovo conduit jusqu’à Moramanga, puis c’est à mon tour. La montée est assez chaude, avec plein de camions à dépasser avec 20m de visibilité.

Je ne crois pas que j’ai déja expliqué comment se passent les dépassements à Madagascar… ca vaut son pesant de cacahuètes:
T’arrives derrière un gros camion qui roule à 10.
T’attend d’avoir quelques mètres de visibilité (souvent, en France, jamais t’oserais dépasser dans ces conditions, mais la, t’hésite pas, sinon tu te retapes encore 10 bornes derrière ce gros tas qui pollue à crever de chaud parce que t’es obligé de fermer les fenêtres sinon tu respire plus…).
Puis tu claxonne une première fois pour dire: « Hé, gars, j’te double, OK? »
Alors la, le gars te rend un coup de claxon qui veut dire: « OK, vazy, fait toi plaisir ».
Des fois il clignote aussi à droite, d’un air de dire: « Au cas ou y’a une voiture qui arrive en face, je ralentirai pour te laisser passer, OK? »
Puis, une fois que t’es arrivé à son niveau, si tu ne t’es toujours pas fait éclater la face par un camion venant d’en face, tu reclaxonne un coup pour dire: « Merci mec, t’as été cool sur ce coup la… si on se revoit à l’Hotely dans 10min, j’te paye un coup de Betzabetza ».
Et la le gars claxonne aussi pour te dire: « Bah de rien man, à une prochaine, et ca roole pour le coup de Betzabetza »
Ca se passe comme ca ici 😉


Une épaisse fumée est visible tout au long de la journée… les feux de brousse font rage dans la région 🙁

Arrivés à 20km de Tana les éléments semblent s’acharner contre moi: Il fait nuit, il pleut, une épaisse fumée recouvre tout à cause des feux de brousse, il y a de plus en plus de camions car ils attendent tous 19h pour pouvoir entrer dans Tana.
Bref, je cède ma place avec plaisir à Julien qui fera les derniers km…

On arrive finalement vers 19h30. On mange, on décharge les tofs (beaucoup de déchets cette fois… surtout pour les poissons)…


Un Ampalibe qu’on a ramené de Moramanga…

P’tite douche, puis on raccompagne Laingo et on passe quelques minutes avec Poupoussy.

Dodo.

Laisser un commentaire