Foulpointe – Mahambo – Fénérive Est

On s’est levés relativement tôt, mais on peut dire qu’on a fait la grasse mat malgache 😉

Heureusement qu’on avait des moustiquaires, car la chambre était infestée de moustiques et autres bestioles en tout genre.

On a petit déjeuner à l’hotel (l’Analamanga) – thé au lait, et croissants congelés trop cuits… pas grave…


Les Ampalibe: des énormes fruits qui poussent sur le tronc des arbre…

Le temps n’est pas avec nous ce matin: il pleut et c’est bien couvert. On décide donc de prendre la voiture jusqu’à Mahambo, à 30km au nord pour voir le paysage cotier.

A la sortie de Foulpointe, on tombe sur un ancien Fort. On trouve un guide pour nous faire la visite. Il nous racontera ceci:
(merci gaelle pour tes notes 😉

Le Fort Manda (je suis pas sur du tout, la… je crois que Manda veut dire « fort » en malgache… :/ ) a été construit en 1817 par Radama.
Le « ciment » est en fait constitué de blancs d’oeufs (187’000 en tout) et la construction a duré 8 ans.
Les habitants donnaient alors 1 oeuf par jour. Les enduits extérieurs sont en coquillages et carapace de tortues.


Vue de l’intérieur du fort…

Ce fort a été construit pour la guerre contre les français, sur la route des indes. Les armes (canons) ont été fournies par les anglais.
Les murs font 7m d’épaisseur. Il y a un tunnel de fuite pour les officiers et les nobles. Il y a eu 80 morts ici contre les sénégalais en 1947.


Vue depuis le fort… quand il a été construit, il était au bord de la mer…


Le batiment des officiers

Le guide nous explique que « Foulpointe » vient du nom d’un bateau, le « Hopefull » qui venait mouiller sur la pointe de sable de la lagune. Les malgaches venaient y acheter des vêtements.

On continue la visite, et on trouve l’emplacement où a eu lieu un sacrifice de zébu aux anciens. Le guide nous explique que ce sacrifice a été fait il y a 4 ans, lors d’une cérémonie de comémoration des 80 ancêtres de Foulpointe qui sont morts contre les sénégalais dans le fort.
Le crane du zébu est posé contre un bout de bois « sacré », il y a des restes de la bosse du zébu (« la meilleure partie »), ainsi que d’autres objets: Bouteilles de rhum, limonade, miel, cigarettes, pièces de monnaie.
Tout cela est en rapport avec ce qu’aimaient les ancêtres…

Plus tard, on reprend la route vers Mahambo. Les paysages sont très verts.


La route entre Foulpointe et Mahambo

La végétation est luxuriante, avec plein d’arbres fruitiers, des Litchy, de la cannelle, des Ampalibe (espèces de gros gros fruits qui poussent sur le tronc des arbres – apparemment très sucré… il faudra goûter!).

On arrive à Mahambo, direction la lagune. Il faut traverser le village fait de petites huttes en fibre de palmier tressé.
La lagune est superbe, mais le temps n’est toujours pas avec nous…


La lagune de Mahambo


Une pirogue au bord de l’eau

On marche au bord de l’eau, elle est de couleur turquoise, vert… peut être un peu grise à cause de la couleur du ciel.

On décide de continuer la route jusqu’à Fénérive, petite ville située 16km plus au nord.


Petite île un peu avant d’arriver sur Fénérive

Quand nous arrivons, des centaines d’écoliers rentrent chez eux, tous en uniforme orange fluo ou bleu, suivant leur école d’origine.


Sortie d’école à Fénérive…

Les rues grouillent de monde, d’enfants et de boutiques.

Après avoir vu la mer, on repart vers Foulpointe. En chemin on s’arrête pour acheter des gateaux de farine de manioc (un peu gras, mais ca se laisse manger) et gouter au Betzabetza (alcool local fait à partir de jus de canne à sucre fermenté).
Bon, c’est pas l’extase, mais ca passe…

En arrivant à Foulpointe, on se chope un petit resto (Le vent du sud) avec un bon steak de zébu poivre vert pour moi.

Puis le soleil réapparait alors on va vers le lagon. Dès notre arrivée, on se fait « agresser » par les « chauffeurs » des pirogues.

Après qu’ils aient lourdement insisté pour qu’on fasse un tour de pirogue, et après la phase désormais traditionnelle de négociation, on accepte finalement.


Petite ballade en pirogue sur le lagon…

On embarque donc à bord du « Bon Espoir » 😉 direction la barrière de corail.
Le lagon est peu profond, et l’eau est transparente. On voit les vagues se fracasser un peu plus loin contre la barrière de corail.
Il parait qu’il ne faut jamais dépasser cette barrière naturelle car on peut se faire choper par un requin, alors que ces derniers ne pénètrent jamais dans la lagune.

Arrivés sur la barrière de corail, nos 3 guides descendent de pirogue et nous montrent toute la faune locale: Oursins de mer, oursins violets, oursins tigres, y’a aussi une espèce d’étoile de mer noire qui bouge tout le temps, un autre truc (encre de mer, je crois qu’il a appelé ça) que quand t’appuye dessus, y’a de l’encre violette qui sort, un serpent de mer (beurk il a une sale gueule, c’est tout visqueux), des spaghettis de mer (lol) et différents coraux.


Ohh… un oursin violet…


Un zoli corail… faut bien penser à le remettre dans l’eau… sinon, c’est mal!


Un/Une encre de mer…


Un oursin tigre… celui la est méchant!


Ses « spaghettis de mer »… lol


Beurk! un croissant de mer… et il parait que ca se mange…

Après une 2nde phase de négociations, on accepte qu’ils nous amènent à un autre site où l’on peut observer des poissons.

En route, l’un des guides chope quelques oursins et les éclate violemment avec sa pagaie pour en faire de la bouillie (mmmmm).


Eclatage d’oursins en bonne et due forme…

Une fois arrivés sur place, il verse cette bouillie dans l’eau et c’est la qu’on voit débouler quelques dizaines de pitits poissons qui viennent se gaver de bouillie d’oursin écrasé (re-mmmmm ;).


Photo prise avec un appareil jetable qui va sous l’eau

La plupart font moins de 10cm, rayés noir et blanc ou en jaune pour certains.

En revenant sur la plage un des guide nous offre des noix de coco (ca faisait partie du deal 😉

Encore une fois, je trouve ca excellent… le jus est rafraichissant, et la chair délicieuse.

Le soleil se couche doucement. On a encore le temps de se baigner un peu et de profiter du paysage.


Coucher de soleil sur les palmiers…

Quelques enfants m’ont capté avec mon APN et me demandent de les prendre en photo.


Les enfants sont toujours ravis d’être pris en photo 😉


Une petite fille qui s’amuse au bord de l’eau

Finalement on repart, sans oublier de distribuer des crayons aux enfants. Ils sont ravis.

On rentre à l’hotel, on bouffe au resto et hop -> dans le bungalow. On tue un autre Kadradraka be (grégoire le cafard), une partie de cartes et au lit.

Laisser un commentaire