Antananarivo – Brickaville – Lac Rasoabe

Lever à 5h du mat… ca devient une habitude.

P’tit dej’, on charge le 4×4 et c’est parti.

Au début les paysages sont typiques des hautes terres: montagnes caillouteuses, rivières rouges et rizières.
Au bout de 2 heures de route, on entame la descente, le changement de climat et de paysage est flagrant.

Pendant une bonne partie de la descente, la forêt devient plus dense, la végétation plus tropicale… bananiers, arbres du voyageurs,etc…


Un bout de forêt primaire pendant la descente, après Moramanga

Mais une fois la descente bien entamée, c’est la stupéfaction: il ne reste pratiquement plus de forêt primaire… tout a été brûlé!!!

C’est la désolation, par endroits on se croirait sur la cote ouest tellement c’est désertique.

Ailleurs, on ne voit que des collines d’herbes et d’arbres du voyageur (d’ailleurs, il a intérêt d’avoir grand soif, le voyageur… passke y’en a à la pelle, des arbres du voyageur… 😉


Tout ceci était recouvert de forêt primaire il y a encore quelques années…


Un arbre du voyageur (Ravinala)… Bon, celui la a un peu souffert du dernier cyclone… mais c’était pour l’illustration 😉

Finalement, on quitte la route (qui était de bonne qualité jusqu’ici), pour faire les 7 derniers km sur la piste.


Encore un camion qui s’est oublié dans une plantation de canne à sucre près de Brickaville…


Et une HUGE araignée rencontrée au restaurant « Mirabelle » à Brickaville.

Les feux de brousse ne sont pas encore éteints dans le coin… on en voit depuis la piste.


Les feux de brousse sont vraiment tout près 🙁

On arrive enfin à Rasoabe après 6h de route.

L’endroit est magique: un lac d’eau saumatre, mais néanmoins douce et tranparente, avec une plage de sable fin, quelques palmiers, des bungalows…
Une bande de terre de quelques mètres sépare le lac de l’océan.


La plage à Rasoabe

Notre bungalow est à environ 5m de la plage… autant dire les pieds dans l’eau.


Oh la… ca va être trop dur d’aller jusqu’à la plage, la… 😉

On a passé l’après midi à barbotter dans l’eau, et à bronzer sur la plage.
Le soir, on a un peu marché pour voir le coucher du soleil, et on a eu droit à un spectacle étonnant: Une famille partiquait la pêche traditionnelle dans le lac.
La mère et une des filles tenait un filet rectangulaire, tandis que le père et les autres enfants avaient des branches d’arbre dans les mains.
Ils avancaient tous en ligne droite, puis, à un moment, ceux qui étaient aux extrémités de la ligne se rabbataient au centre pour former un cercle, tout en agitant les branches dans l’eau pour effrayer le poisson.
Ils ramenaient ainsi le poisson jusqu’au filet en resserant le cercle.


Sur le lac…


La famille de pêcheurs

On a aussi eu droit à un petit garçon qui promenait son troupeau de zébus au bord de l’eau… Si avec tout ça y’a pas une seule bonne photo, j’arrête tout 😉


Un petit enfant et son troupeau de zébus

Le soir, au resto de l’hotel, on avait le choix entre des crevettes ou des poissons.

J’ai tenté le poisson (étonnant, n’est ce pas? ;), mais il était pas évident à négocier, avec les arètes et la tête à enlever…

On s’est couché comme les poules, à 21h30… je sais pas pourquoi d’ailleurs… on aurait pu sortir ou aller boire un coup quelque part… (je sais, y’a pas grand chose dans le coin… mais on sait jamais…)

Laisser un commentaire