Farniente à Morondava

Après une nuit agitée (super chaud et humide, Naivo qui arrêtait pas de me coller…) on a quand même fait la grasse mat’ malgache jusqu’à 7h du mat ;).

Vers 7h30 on est allé déjeuner en ville. Petit thé servi avec du lait concentré super bon et des mofo gasy, le tout dans une espèce d’épicerie/café arabe avec des petites tables en bois et un présentoir genre bar…
Julien et Naivo ont attaqué la journée avec un plat local, fait de viande hachée en sauce dans laquelle ils trempaient du pain (chacun ses trucs… ;).
On a aussi goûté au voamadilo (jus de tamarin), très rafraichissant.

Il n’est que 8h du mat, et il fait déja très très chaud.


Les commerces de Morondava – L’épicerie Cousin ;).


L’hyper… Les routes aussi sont dans un sale état…

On fait ensuite un petit tour au marché pour acheter des Kapakapa (sandales / tongues). Les conditions sanitaires au marché sont hallucinantes: des mouches partout, des aliments qui « pourrissent » sur les étalages, ca donne pas super envie…
Dans une des allées du marché, on peut apercevoir les maisons ou les gens habitent. On dirait quand même des bidonvilles…

Les Kapakapa que j’ai acheté n’auront duré que 2 jours… ensuite, la semelle s’est complètement arrachée… n’importe quoi cette camelote…

Plus tard, on est allé au garage pour réparer la voiture.
En fait, elle calait dès qu’on mettait le point mort, et il y avait un problème avec les freins.
Pour le ralenti, il y avait en fait le filtre qui était monté à l’envers… incroyable que ça ait marché jusque la…
Pour le frein, il y avait une vis qui a du tomber pendant qu’on était sur la piste… Le gars a dit qu’on aurait pu complètement perdre les freins…

Direction la poste ensuite pour tenter de téléphoner en France: ca marche pô…

Une vendeuse de noix de coco nous propose de lui en acheter quelques unes. On accepte. Elle découpe avec dextérité le haut de la noix de coco avec une espece de machette, pour faire apparaitre un trou.
Il suffit ensuite de coller les lèvres sur le trou pour boire le lait de coco… c’est délicieux. Quand on a fini, on peut lui demander de couper la noix en deux, et avec un bout de la coque en guise de cuillère, on mange l’intérieur en raclant.
Fabuleux! j’ai vraiment adoré!


Mmmm c’est trop bon…


La noix de Coco… mangez-en 😉

Finalement une des cabines près de l’hotel a fonctionné.
On va ensuite à la plage. En route on réserve le resto du midi histoire de pas avoir à attendre comme la veille.

La plage est paradisiaque: sable blanc et fin, palmiers, quelques huttes au loin…
Un banc de sable git la entre le lagon et l’océan… c’est marée basse.
On se baigne dans le lagon, l’océan étant interdit à la baignade car les courants sont importants et il parait qu’ils ont tendance à emporter les gens vers le large…
Dommage…


Le banc de sable


Un requin marteau pêché par 2 femmes de Morondava

L’eau est super chaude. En revenant, on passe à coté de 3 gamins (3, 6 et 10 ans à peu près) qui se lavent le dos mutuellement avec un seau d’eau posé dans la boue…
On bouffe et on retourne à l’hotel.

Petite douche et une sieste, et nous voila repartis à la plage pour profiter du coucher de soleil.
Ce dernier se couche à une allure très rapide, bien plus vite que chez nous…


Coucher de soleil sur le canal du Mozambique, à Morondava


Coucher de soleil.

En revenant on a fait quelques courses pour le lendemain, et on est allé bouffer au centre ville de Morondava (brochettes de zébu – kitoza).

En entrant au resto, des enfants ont vu que j’avais pris une photo d’une boutique et m’ont demandé de les prendre en photo.
Ils étaient ravis de voir leur tête sur l’écran de l’appareil photo numérique…


La Malgache des Jeux 😉


Des enfants à Morondava

Nous nous sommes renseignés pour la route vers les Tsingy: il parait qu’il faut choper le bac vers 8h et quelques, environ à mi chemin (100km de piste)…
Ca nous fait partir vers 4 heures du mat! donc lever à 3h!!!

J’vais pas tarder à aller me coucher, moi!

Laisser un commentaire