Tavira – Beja

Après avoir rangé notre studio d’une nuit et rendu les clefs à l’accueil, on décide d’aller faire un tour sur la dune de sable qui nous a été conseillée la veille.

20130119-012009.jpg

Notre studio était au 1er étage.

On traverse tout d’abord un pont flottant au dessus du bras de mer, puis là on a le choix entre prendre le mini-train qui mène à la dune ou faire le trajet à pieds. On opte pour le trajet à pieds.

IMG_1764

Le pont flottant au dessus du bras de mer

IMG_1767

La « mini gare » de départ du « mini-train »

On marche donc le long de la « mini voie de chemin de fer » pour rejoindre la plage

IMG_1768

IMG_1775

IMG_1776

IMG_1778

Sur place, on découvre une immense plage de sable fin, rien que pour nous

IMG_1780

L’histoire du lieu est assez étonnante. Il y’aurait eu il y’a quelques dizaines d’années un petit village de pêcheurs de thons sur cette bande de sable. La ressource s’étant épuisée avec le temps, les pêcheurs sont partis. Leurs anciens cabanons ont été restaurés et transformés en café, bar, resto… Le lieu est devenu un site touristique très prisé. Les ancres des bateaux de pêcheurs ont été disposées sur la plage comme souvenir.

IMG_1783

IMG_1787

IMG_1788

Il y’en a moult

Ce que je n’ai pas réussi à trouver, c’est si le train était déjà là à l’origine (par exemple pour amener la marchandise sur la terre ferme, ou s’il est arrivé avec les touristes…

En tout cas on a trouvé le réaménagement du lieu tout à fait réussi

IMG_1791

IMG_1790

On se prend un mini p’tit dej sur place

IMG_1795

Sur le chemin du retour on croise un p’tit oiseau au bec long en train de se chercher à manger

IMG_1799

On reprend ensuite la route. Nous souhaitons arriver jusqu’à la frontière orientale du Portugal avec l’Espagne, puis commencer notre remontée vers le nord.

Notre première escale, on la fait à Cacela Velha, minuscule village surplombant la mer et bénéficiant d’une vue sympa sur tout le littoral.

IMG_1809

Le village n’est composé que de quelques maisons

IMG_1814

Mais la vue est belle

IMG_1815

IMG_1821

IMG_1819

Derrière l’église, de fausses plantes en métal

On continue notre route en direction de l’Est. Arrivés à Vila Real de Santo Antonio, on commence notre remontée. Attirés par un panneau « Réserve naturelle » avec des photos de flamands roses, on bifurque de notre itinéraire pour prendre un chemin de terre et de cailloux sur plusieurs kilomètres. On a pu observer :

IMG_1832

Le pont de l’autoroute qui enjambe la rivière qui fait office de frontière entre le Portugal et l’Espagne

IMG_1835

Des vaches en train de brouter

IMG_1838

Des vaches en train de brouter devant le pont de l’autoroute qui enjambe la rivière qui fait office de frontière entre le Portugal et l’Espagne

IMG_1844

Des vaches en train de brouter les pieds dans l’eau

IMG_1841

Des cigognes

Mais pas de flamands roses. Déçus, on rebrousse chemin et on continue notre trajet vers le nord.

Notre prochaine étape se situe à Alcoutim, qui, d’après le routard, serait une petite ville qui mérite une petite visite. On y reste une dizaine de minutes, le temps de sortir de la voiture, de tourner dans le centre ville et de chercher un abri car la pluie commence à être assez forte…

IMG_1850

Notre prochain arrêt est lui aussi improvisé. Intrigués par un panneau représentant des dolmens, on quitte encore une fois notre itinéraire pour nous payer une autre piste caillouteuse. On a alors la possibilité d’admirer deux beaux menhirs qu’Obelix aurait largement pu porter s’il n’avait décidé de s’exiler en Belgique ou en Russie…

IMG_1858

Ils dateraient d’environ 3500ans avant JC.

Quelques 40 km plus au nord, on arrive à Mértola en passant par dessus le pont qui enjambe la Guardiana

IMG_1860

On laisse notre voiture et on se lance dans une visite de cette ville musée qui nous en apprendra d’avantage sur la rivalité entre les Maures et les Chrétiens.

IMG_1864

L’église de la ville

IMG_1867

Le château fort datant (au moins) du XIIème siècle

IMG_1871

La vue du pont depuis le fort

IMG_1872

et la ville vue d’en haut

Avant de partir, on s’arrête à un snack au bord de la route pour manger des « patisseries salées » : sortes de croissants avec fromage ou viande ou jaune d’oeufs, etc.)

20130119-012120.jpg

Pas mauvais

PS : le repas pour deux nous est revenu à 5,40€ !

On poursuit notre périple en prenant plein Est pour rejoindre Mina de Sao Domingos.

IMG_1876

Sur la route, chaque poteau électrique porte son nid de ciigognes

Mina de Sao Domingos est une ville qui permettait de loger les 6000 mineurs qui travaillaient à la mine de cuivre abandonnée dans les années 60 (tout a été dynamité). On peut observer beaucoup de choses qui sont encore en place.

IMG_1879

IMG_1882

IMG_1902

Les bâtiments administratifs

IMG_1883

IMG_1904

La rampe de chargement vers les trains

IMG_1887

IMG_1901

Ce qui reste de la mine

IMG_1892

;

Remarquez la couleur encore noire de l’eau, et la bande de corrosion sur le bord

Notre prochaine étape s’appelle Serpa. La particularité de la ville, outre le fait qu’elle soit entourée de remparts et qu’ils ont oublié d’indiquer quelles rues étaient interdites aux voitures / sans issue réside dans la couleur blanche de TOUTES les maisons (ou presque)

IMG_1911

La place centrale

IMG_1912

Une petite ruelle

IMG_1914

Une autre ruelle, avec les remparts derrière

IMG_1918

Les fameux remparts vus de l’extérieur

IMG_1909

Et un magasin de souvenirs locaux

Bon, on arrive un peu tard pour en profiter avec la lumière du jour, mais on pense avoir compris le principe.

Notre dernière étape de la journée se fait à Béja. Nous cherchons un hôtel en arrivant sur place et en nous connectant chez MacDO. Ce sera donc un hôtel familial en plein centre ville. La gérante qui habite l’étage au dessus de notre chambre nous fait la visite des lieux, la chambre, la salle à manger, le salon… Chaque pièce est décorée avec un style différent. Nous avons droit à la chambre rouge »

IMG_1923

Dîner dans un « Pasta Bar » et discussion avec le gérant très sympa qui nous explique tout ce qu’il faut faire demain à Béja.

Laisser un commentaire