29 juillet 2019 – Col du Pillon – Wilderswil

On vous a laissé en plein suspens hier, avec notre fuite d’eau. Poupoussy a résolu le problème : il s’agissait d’un des tuyaux d’arrivée d’eau qui était mal enfoncé et qui fuyait du coup dans le placard. Tout est rentré dans l’ordre à présent.

La nuit a été très calme dans notre immense parking. Nous étions bien à l’écart de la route (aucun bruit), et il n’y avait qu’un autre camping-cariste à proximité. Il est d’ailleurs venu nous saluer le matin, tout étonné de voir un Hymer de cette génération. Il a connu les modèles plus récents, mais celui là lui a toujours plu car c’était le dernier modèle sans électronique. Eh oui mon pote, c’est pour ça qu’on l’a pris !

Pour être exact, il y a quand même eu quelques bruits cette nuit. Ils étaient dus à ces deux individus peu fréquentables :

Eden a bien essayé de les amadouer ce matin avec des caresses…
Et de l’herbe fraîche…
mais ils n’en avaient globalement rien à carrer…

Après le p’tit déjeuner et quelques rangements, nous voilà partis sur la route en direction de Saanen et Gstaad.

On s’arrête en chemin chez un garagiste pour trouver ça :

On a en effet constaté hier en gonflant les pneus que sur la roue jumelée intérieure droite, il manquait ce petit bout, et que du coup c’était compliqué de la gonfler. Après quelques recherches sur internet on a trouvé une photo qui correspondait à ce qu’on cherchait, et on l’a montré au garagiste. (si jamais vous avez besoin de cette pièce, il s’agit d’une rallonge de valve ou prolongateur de valve).

Bref, le garagiste n’en avait pas, mais il nous indique un autre garage où ils en auraient peut être. Et ce dernier, situé à 2km de là nous trouve effectivement ce qu’il nous faut.

Poupoussy retourne sous le camion
Pendant que moi j’achète ça
Pour remplacer l’ancien qui a manifestement bien vécu. RIP

On s’arrête ensuite dans une station service pour gonfler le pneu. On n’y arrive pas : quand on branche le compresseur sur la valve, l’aiguille ne bouge pas. Pourtant le compresseur fonctionnel.

On change de station service : même résultat. A un moment donné on se dit qu’on va peut être appuyer sur le bouton + du compresseur, pour voir ce que ça fait. Et là : miracle : ça commence à gonfler la roue. En fait elle était totalement à plat, mais comme c’est une roue jumelée, et qu’elle est à l’intérieur, on ne le voyait pas (et le poids était en plus porté par l’autre roue). Bref, on roulait avec un pneu dégonflé, mais maintenant tout est rentré dans l’ordre.

On s’arrête ensuite dans une jardinerie pour trouver de la bouillie bordelaise, mais ils sont fermés entre midi et 14h. On s’arrête chez Landi (espèce de magasin de campagne qu’on trouve partout en Suisse avec notamment des articles pour jardin), mais ils n’en ont pas non plus. Avis aux Suisses : Comment appelle-t-on la bouillie bordelaise en Suisse ? ça doit bien exister, non ?

Avec tous ces arrêts il est déjà presque 13h, et on décide de nous arrêter pour manger un morceau. On trouve un restaurant charmant en bord de route.

En attendant que nos plats arrivent, on s’occupe comme on peut…
Le repas est super bon, et local : saucisse aux bolets, légumes tout juste cuits, et rösti maison
Le tout dans une ambiance typiquement Suisse
Le restaurant fait également office de Rôtisserie, mais pas aujourd’hui (la salle avec la grande cheminée semble fermée au public)

On continue notre périple en direction d’Interlaken, mais en passant par les petites routes.

On arrive d’abord à Spiez qu’on traverse rapidement. A la sortie de la ville on a une belle vue sur son château et ses vignobles.

En arrivant à Interlaken on bifurque à droite, en direction de Wilerswil, puis on continue à grimper dans la vallée.

Cette vallée est très connue par les touristes du monde entier (notamment asiatiques) qui viennent grimper sur la Jungfrau (en train, restons sérieux), voir les plus impressionnantes chutes d’eau de Suisse, ou pratiquer des sports extrêmes. Aussi, la route est plutôt chargée, les villages qu’on traverse également, et on ne trouve que très peu de places pour garer Züüd (surtout pour la nuit, mais ça on verra plus tard).

On arrive un peu avant 16h au fond de la première vallée, à un endroit appelé Schtechelberg. D’ici, un téléphérique permet de monter vers un premier village appelé Gimmelwald, puis un autre téléphérique permet de monter jusqu’à Mürren.

Et c’est parti !
« Petite » cascade qu’on aperçoit en montant…
On est là dedans !
Eden est ravie
Changement de téléphérique à Gimmelwald

On avait repéré le village de Mürren dans notre guide, et effectivement, il mérite une visite. Perché au dessus de la falaise, il domine largement toute la vallée, et par beau temps doit permettre de voir la Jungfrau et d’autres sommes à plus de 4’000m d’altitude.

Malheureusement pour nous (et pour ces parapentistes), la vue est largement obstruée par les nuages…
Le village de Mürren est un petit Disneyland Suisse.

On y trouve des chalets magnifiques, des magasins, des hôtels, et même un spa…

Eden a écrit son nom sur un grand papier disposé au centre du Village où tous les asiatiques touristes laissent une trace de leur passage.
Le guide conseille de montrer en haut de ce funiculaire pour arriver à une aire de jeux avec rando facile pour les enfants, et magnifique vue sur les montagnes…
Malheureusement, on se dit que ce ne serait pas une super bonne idée (voir nuages)
du beau boulot…
Du coup on se rabat sur l’aire de jeux située au centre de Mürren
Elle convient très bien à Eden
En face de nous, au centre du village : le SPA du village.
Poupoussy a failli s’acheter cette robe. J’ai dû l’en empêcher. L’argument ultime était que c’était peut-être un peu trop habillé pour le boulot…
Le village est extrêmement fleuri
Les maisons, les rues, les jardons sur super bien décorés
On ne voit pas très bien, mais il s’agit d’un ancien « bus »
Plus précisément un « tram hippomobile » qui transportait des passagers entre la gare de Lauterbrunnen-Mürren jusqu’à l’hôtel Kurhaus. Construit en 1893, il faisait 3 à 5 allers retours par jour sur une distance de 455m.
Eden a trouvé du Lichen et cherche un renne ou un élan à nourrir…
Vue depuis Mürren
Un fou au milieu de l’échiquier…
Echec et mat !

On décide de poursuivre la balade en descendant à pieds jusqu’à Gimmelwald, pour ensuite reprendre le téléphérique jusqu’au parking.

Et c’est parti pour la descente
On fait de belles rencontres en chemin
Gimmelwald est aussi joli que Mürren, à la différence près qu’il est resté plus authentique, et moins touristique…
Bienvenue dans le canton de Bern
On trouve un belvédère d’où on est censé avoir cette vue…
Pour nous ce sera ça…
Le window store : un « magasin » en libre service
Belle collection
Avant de reprendre le téléphérique, on tombe sur ce magasin atypique
Au premier abord tout semble normal
On y trouve de tout : des souvenirs, boissons, t-shirts…
Sauf qu’en fait il n’y a pas de vendeur… personne. Tout est basé sur la confiance
On a beau être en Suisse depuis quelques temps déjà, ça surprend à chaque fois. En tout cas, belle initiative !

On redescend pas le téléphérique, puis on commence à chercher un emplacement pour le soir. La vallée étant très touristique, de nombreux emplacements potentiels ont été fermés par des chaînes, ou alors des panneaux interdisent l’arrêt et le stationnement de camping-cars…

On se rabat sur une première proposition de Park4night qui ne nous plait pas des masses (trop au bord de la route). Une deuxième un peu mieux (mais quand même pas top).
On décide de tenter notre chance en prenant une route de montagne en direction du petit village de Saxeten. Au bout de quelques virages on trouve un emplacement qui pourrait faire l’affaire, mais on décide d’aller jusqu’au village pour voir à quoi il ressemble.

La route est splendide (mais très étroite).

De là haut on peut enfin apercevoir quelques sommets (bonh, OK, les nuages commencent à se lever)
Et aussi une belle vue sur Interlaken et son aéroport.

En arrivant en haut, on rebrousse chemin (rien de particulier à faire ici, et impossible de s’arrêter en bord de route). On revient à notre emplacement précédent. Il y a un autre fourgon qui s’y est installé, mais il y a largement de la place pour deux.

En face de nous se trouve un mémorial pour un accident de canyoning qui a coûté la vie à 21 personnes en 1999. Quelques recherches sur internet vous renseigneront sur ce qui s’est passé. Et en lisant la presse on se rend compte que ça a eu lieu pile poil il y a 20 ans et 1 jour. Cela explique pourquoi le mémorial est très fleuri, et pourquoi on a vu plusieurs personnes se recueillir devant…

Notre emplacement de ce soir. Derrière nous, une rivière.
Ce soir c’est salade de pois chiches, tomates, concombres, et oeufs durs 🙂

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Aurore
Aurore
4 années il y a

Yo! Eden a l’air en pleine forme ! 🙂

Poupoussy
Poupoussy
4 années il y a
Répondre à  Aurore

Salut! Eden a la patate. Et franchement, elle reste sympa après 7km de marche.