14 août 2018 – Snognefjellet – Fjaerland

La nuit a été plutôt calme. Il y a eu très peu de passage, mais un ou deux camions le matin, puis le ballet des camping-cars, et voitures de touristes sur ce lieu très fréquenté.

Mais ça ne nous a pas empêché de passer une bonne nuit à contempler le glacier.

La vue depuis notre fenêtre.

Ce matin on a mis un p’tit coup de chauffage pour faire remonter la température dans le camion.

Après le p’tit déjeuner, on fait un p’tit check rapide de Züüd :

  • Pneus : OK
  • Huile : on refait le plein (on était un peu bas)
  • vis meubles : resserrées

Puis on décide d’aller marcher un peu dans le coin pour voir à quoi ressemble le glacier d’un peu plus près.

Allez, c’est parti !

Quelques passages un peu compliqués pour Eden 🙂

Puis d’un coup elle s’écrie : Regardez… des Edenweiss ! 😀

Le refuge situé à quelques centaines de mètres de là on on s’est arrêtés.

Il y a 3 ans quand on est passés ici, il y avait plus de neige (et aussi de brouillard!)

Le glacier de près

Terrain accidenté

Des moutons nous accompagnent dans notre périple

ça va, la vie est dure ?

Quoi, mais qu’est ce qu’il y a ? il y a pas de mêêêêê

Bon, OK.

L’arrivée des championnes

sur le chemin du retour

Quand on a réussi à nous approcher des Edenweiss, on s’est aperçu que c’était en fait des espèces de pissenlits norvégiens, un peu plus touffus et tout bouzibouzi

On arrive presque au camion

 

Il est 11h environ. On continue la superbe route 55. On s’arrête tous les quelques mètres pour prendre des photos. Les paysages sont à couper le souffle. On se souvient qu’on est passé ici en 2015 mais dans l’autre sens (voir ici : http://aplccorp.com/voyages/?p=3539). Il y avait beaucoup plus de neige (normal, c’était le début de l’été), mais aussi beaucoup plus de brouillard. Du coup on n’avait pas pu nous arrêter partout – enfin, si on avait pu, mais ça ne servait à rien).

Un autre glacier à proximité de la route.Avec une série de lacs à ses pieds

On s’est arrêté ici en 2015

Le même glacier à travers une « fenêtre » posée là

il parait que ce cairn est ancien. il y a un panneau qui indique qu’il ne faut pas le toucher (et ne pas en construire d’autres).

On entame la descente. là un barrage

on trouve parfois des endroits un peu bissextiles pour nous arrêter…

toujours des moutons au bord de la route (ils n’ont peur de rien! on en a vu qui dormaient carrément sur la route, en plein milieu!)

la route qu’on vient de prendre

et celle qui nous attend, tout au loin

On peut voir à plusieurs kilomètres. l’air est frais et sec, super luminosité

petite pause avant la grande descente

On entame la descente. ça sent fort le ferodo. On utilise le frein moteur, mais ça ne suffit pas (pente à 10% par sur une grande distance).

On fait ainsi 1400m de dénivelé négatif, passant de 1400m à zéro (au bord du fjord).

On fait le plein à la première station qu’on trouve en bas (tarif étonnamment peu cher).

On retrouve au bord du fjord une sculpture qu’on n’avait déjà pas comprise en 2015 😀

 

Plus tard, on arrive devant un tunnel. 2-3 véhicules sont arrêtés devant nous. Un gars en combinaison fluo vient nous expliquer qu’ils font des travaux dans le tunnel, et qu’il va devoir nous arrêter ici jusqu’à 14h (il est 13h05). En gros, il y a un passage par heure dans chaque sens, escortés par une voiture pilote.

Pas de souci pour nous, c’est l’heure du déjeuner, on va se préparer à manger.

Notre emplacement n’est pas si mal que ça

puisqu’on a cette vue pour le picnic

Après déjeuner, c’est l’heure du départ. On découvre le panneau qui était caché auparavant par le camion. On le traduit par « Stop, n’avancez pas les débiles ».

Sur la voiture pilote on déchiffre un autre panneau : « Les débiles, suivez-moi »

Bon, on n’est pas surs à 100% de la traduction, mais ça doit pas être loin !

On s’arrête sur une petite aire au bord de l’eau

On décide d’aller jusqu’au village de Fjaerland. Il parait que d’ici on peut voir deux langues du glacier Jostedalsbreen, le plus grand d’europe continentale. On se rend d’abord au « Norwegian Glacier Museum » pour prendre quelques renseignements. On obtient une carte détaillée des endroits où on peut voir le glacier de près.

A la sortie du musée on rencontre un couple de Suisses (des Lausannois !) et leurs trois enfants qui font un tour du monde occidental (Europe et Scandinavie, Australie et Nouvelle Zélande, USA et Canada) en camping car. Ils partent pendant un an. la classe !

On se rend à la première adresse indiquée. Il y a un parking situé au bord de la route. De là, une marche de quelques centaines de mètres permet d’admirer la « Boyabreen »

Au dessus de nos têtes, une masse impressionnante de glace

On s’en approche et on commence à avoir une vue d’ensemble.

magnifique. Le glacier en haut, puis une partie en bas, et un lac alimenté par une cascade et par le glacier lui même.

la partie du bas. l’eau qui s’écoule par le trou fait beaucoup de bruit.

En repartant on retrouve nous amis Suisses qui viennent aussi admirer ce spectacle.

On retourne au musée. Je dépose Poupoussy et Eden qui vont voir le musée, et je me rend au 2ème spot où on peut admirer une autre partie du glacier. La route amène à un cul de sac d’où une très courte marche permet d’arriver en bas de la langue du glacier appelée Supphellebreen.

En arrivant sur place, un panneau assez explicite indique la zone à ne pas dépasser. ils exagèrent un peu on dirait…

voilà le glacier. Impressionnant. On dirait qu’un bout va se détacher d’un instant à l’autre.

Sur le bas du glacier, deux trous laissent passer de l’eau. on dirait un peu le haut d’un crâne…

De l’autre côté de la vallée.

 

Quand soudain, un énorme bloc de glace se détache du glacier avec un gros boum ! Le temps que je change d’objectif il ne reste plus que de la poussière de glace

Impressionnant. OK, je comprends mieux le panneau.

Voilà ce qu’il reste.

Je retourne récupérer Eden et Poupoussy à la sortie du musée. Il parait que c’était chouette. Des présentations interactives qui permettent d’apprendre comment les flords se sont formés, une vidéo qui présente le Jostedalbreen en mode cinéma 180° immersif (apparemment Eden a dit « Mama, je vole »), elles se sont aussi frayées un chemin dans un tunnel de glace artificiel et vu la défense d’un mammouth sibérien pris dans la glace il y a 30’000 ans, visité une section dédiée à la dépouille de « l’homme  de glace », vieille de 5’000 ans et découverte à la frontière austro-italienne (du coup, qu’est ce qu’elle fait là !?), suivi une présentation multimédia intitulée « our fragile climate » accompagnée de bruits, fumée, tremblements (Eden a eu un peu peur) et qui montre un scénario climatique pour les années 2040. Bref, manifestement c’était bien.

 

On décide de faire quelques kilomètres supplémentaires et nous arrêter au bord du lac Jolstravatnet. On trouve un emplacement les pieds dans l’eau. Depuis notre spot on voit : le lac, une cascade, un bout de glacier… que demander de plus ?

Eden s’amuse au bord de l’eau

Notre spot

Une rivière qui alimente le lac

la fameuse cascade

le bout du glacier

Bonne nuit.

9 réponses

  1. Superbe !!!

    C’est marrant, je suis allé comparé avec mes photos, avec les mêmes points de vue, on avait aussi eu un peu plus de neige quand on était passé. La chaleur de cette année a fait fondre beaucoup de neige (et retirer les glaciers surement…)

     

    Bon anniversaire Ohad (même si tu coup ça ne tombe pas sur la bonne journée du blog)

    1. Merci 🙂

      Pour la neige, il y a aussi la période qui joue beaucoup. La dernière fois on était passés dans le coin dans la première moitié du mois de juillet. La route n’est dégagée que fin juin d’habitude, donc il y a encore beaucoup de neige à cette période. Là, mi août, il y en a déjà beaucoup moins et c’est normal.

  2. On avait vu aussi le Supphellebreen, j’ai à peu près la même photo que vous! mais on avait pu s’approcher tout près du glacier en bas et même le toucher. Réchauffement climatique ?

Répondre à Lazer Annuler la réponse