23 février 2017 – Santa Margalida – Cap des Pinar – Pollenca – Cap des Formentor

Notre appartement est sympa mais il doit contenir quelque chose qui me rend allergique. Peut-être des acariens ? La nuit a été perturbée et ce matin je me réveille avec les yeux gonflés, la gorge qui pique et le nez qui coule…

La « Finca » de nos hôtes

Et notre maisonnette…

M’enfin, cela ne va pas nous empêcher de profiter de la journée. Poupoussy nous a encore concocté un programme d’enfer.

Après un p’tit dej boosté par rapport à la normale, nous partons en fin de matinée en direction du « va chercher les épinards » dixit Eden. En réalité il s’agit du « Cap des Pinar », un bras de mer qui s’avance depuis Alcudia vers le nord. On y trouve plusieurs sentiers de randonnée allant de 40 minutes à plus de 6h. Vous nous connaissez, on a pris le plus long.

C’est donc parti pour 40 minutes de grimpette dans la foret… 😀

La balade démarre après nous être arrêtés près d’un restaurant « Ermita victoria ». Là ce bâtiment n’a pas été identifié. il ne s’agit pas du restaurant qui était juste à côté…

Eden est super motivée sur les premiers mètres…

Le fameux bâtiment sans fenêtres…

Ouais, je cours comme une fofolle dans la montée…

Première pause avec ces trois croix plantées là…

Maman j’ai chaud. Enlève ton pull ma chérie…Vue sur le cap de formentor…

Quelques minutes plus tard : « Maman, je suis fatiguée »… Mmmm OK…

M’enfin, en même temps le sentier devient de plus en plus étroit au fur et à mesure qu’on grimpe.

A un moment donné, on avait le choix entre deux pistes. On en a choisi une et c’était probablement la mauvaise. Résultat, on commençait à descendre un peu trop à notre goût… Bref, on n’a jamais vu la tour de guet pour laquelle on a fait le déplacement. Mais c’est pas grave, le spectacle et le paysage en valaient largement la peine :

Vue sur le cap des formentor

La ville de Port Pollença

On redescend par le même chemin jusqu’à la voiture…

Ensuite, on a emprunté une route qui devait nous amener au plus près du phare du cap des Pinar. Malheureusement, comme indiqué sur le Lonely, on y arrive presque, mais la zone du phare est une zone militaire, impossible d’y accéder.

On n’ira pas plus loin…

Mais c’est sympa. il y a de petites criques en contrebas…

Le phare est juste là bas…

Vers 13h30 on met le cap vers Pollença, petite ville pleine de charme avec des petites places sympathiques, des cafés et des galeries d’art.

On se trouve un resto recommandé par le Lonely pour ses tapas qui seraient exquis. On ne trouve pas de tapas (c’est peut être pas la bonne heure ?), mais un plat du jour (boulettes de viande sauce tomate) pour la p’tite et Burgers maisons pour nous.

ça a de la gueule !

Eden avant…

Eden après… « Ben quoi ? qu’est ce qu’il y a ? qu’est ce que j’ai fait encore ? »

Après le déjeuner, on se balade un peu dans les ruelles de Pollença.

Le « Calvaire », escalier qui mène à une chapelle du 18ème siècle est gravi par certains pèlerins à genoux…

Les ruelles animées de Pollença

Ces gens attendaient quelque chose, mais on n’a pas su ce que c’était. peut être le carnaval (certains enfants étaient déguisés…)

Les rues de la vieille ville sont très étroites, mais les habitants s’y garent quand même.

Du coup, toutes les voitures (sans exception) sont rayées du côté droit 😀

Alors on n’a pas tout compris du menu, par contre, ce qui nous étonne c’est que si on prend une socis, ça fait 8€, et si on n’en veut pas (No Socis), eh ben c’est 10€… c’est pas très logique tout ça !

Avant de quitter Pollença, Poupoussy me lit un passage du Lonely : « Au sud Pollença, la MA2200, l’une des routes les plus sinueuses de Majorque, vous mène après 1,5km au « Santuari de la mare de déu des puig », couvent du 14ème siècle juché sur la colline de Puig de Maria. Vous ne trouverez aucun chauffeur de taxi assez téméraire pour se lancer dans l’aventure – ce qui en dit long sur sa dangerosité. Si vous souhaitez malgré tout tenter votre chance au volant, restez en première et progressez lentement ».

Tient donc, voilà qui excite ma curiosité !

Nous voilà donc sur cette fameuse route du couvent. Bon, c’est vrai qu’elle est étroite et sinueuse. A chaque virage tu pries pour qu’il n’y ait personne qui vienne en face. Et dans chaque ligne droite tu te demandes comment tu fais si jamais un autre véhicule arrive dans l’autre sens…

Mais finalement ça se fait très bien (bon, OK, conducteurs aguerris requis).

En haut, la vue sur Pollença est splendide.

 

On reprend la route de l’impossible dans l’autre sens. Elle se fait bien en descente aussi. Il faut juste s’y reprendre à deux fois à chaque virage…

On se dirige ensuite vers Cala Saint Vincenç, petite plage sympathique qui se trouve sur le flanc est du cap du formentor.

Plusieurs criques naturelles avec des plages qui doivent être bondées en été. là c’était plutôt serein

Probablement un restaurant au bord de l’eau, ou une boite de nuit

En descendant au bord de l’eau

Marrant ce radeau

Vue sur les falaises du cap du Formentor

Il est temps de partir à l’assaut du Cap du Formentor. Le Lonely conseille de s’y rendre au coucher du soleil pour avoir une belle lumière. C’est ce qu’on fait, mais malheureusement il n’y aura pas de belle lumière aujourd’hui. Plutôt des nuages bas et un ciel laiteux. Tant pis, une autre fois peut être pour les photos de type « carte postale ». Pendant le trajet Eden s’endort pour la sieste. Du coup Poupoussy reste pour la garder au premier « spot » de point de vue pendant que je pars immortaliser le paysage.

Une rampe d’accès a été aménagée sur la falaise qui tombe à pic dans la mer

La rampe longe la falaise, c’est assez impressionnant !

En face, le paysage est magnifique

de part et d’autre de la rampe d’accès…

La route qui continue vers le cap

On est vraiment tous seuls…

On emprunte ensuite une petite route encore plus étroite qui nous amène à une tour de guet qui surplombe la falaise où on était à l’instant

On était garés à gauche de la photo, au milieu, et on a emprunté la rampe d’accès qui nous mène jusqu’à la pointe blanche… c’est fou !

la route qu’on vient d’emprunter

L’hôtel de formentor. ça doit être sympa en été avec l’eau turquoise…

On redescend vers la voiture (Eden était réveillée lors de cet arrêt)

On continue sur la route qui mène à la pointe du cap de Formentor. La lumière devient de plus en plus faible. On n’a pas réellement de coucher de soleil (caché par les nuages), mais la nuit devrait être bientôt là.

On s’arrête encore une ou deux fois au bord de la route pour admirer le paysage

Oh pinaise ! là c’est vraiment au bord de la falaise, sans aucune protection. Cardiaque / sujets au vertige s’abstenir !

Notre fier destrier !

Puis après une vingtaine de minutes, nous arrivons enfin au Cap des Formentor, point le plus septentrional de Majorque (cette fois, c’est vrai !)

Le phare fonctionne pour de bon. Eden est ravie !

La route qu’on vient d’emprunter

Voilà, il fait déjà presque nuit. On repart dans l’autre sens contents de notre journée. Au retour, on fait une petite pause au supermarché local pour nous approvisionner pour ce soir et demain matin. Repas léger après le burger de ce midi (salade).

Pour Eden, on y ajoute une petite touche locale : « La vaca que rie »

Eden est KO et s’endort en quelques minutes.

 

3 Responses to 23 février 2017 – Santa Margalida – Cap des Pinar – Pollenca – Cap des Formentor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *