21 février 2017 – Cala Millor – Porto Cristo – Arta – Capdepera – Cala Millor

Hier soir on avait briefé Eden pour qu’elle règle son horloge biologique sur 8h30 au lieu de 7h du matin. Cela ne devait être qu’une formalité vu qu’on l’avait réveillée à 3h30 du matin la veille…

En toute logique, ce matin, à 7h tapantes, on a entendu un petit « Maman d’amouuuuur, je suis réveilléeeeee »

Bon, OK… le coup de l’horloge biologique n’est pas encore complètement acquis.

Je termine l’article de la veille puis on descend prendre le p’tit déjeuner à l’hôtel. On a droit à un buffet gargantuesque, avec à peu près tout ce qu’on peut imaginer manger lors d’un p’tit déjeuner… (ainsi que ce que peuvent imaginer manger lors d’un p’tit déjeuner des allemands, britanniques, et espagnols : beans sauce tomate, bacon, poisson fumé, kartoffeln à l’huile, etc.)

On décide de se faire plaisir ce matin et de se remplir l’estomac histoire de tenir jusqu’à l’après-midi ou le soir.

Vers 10h nous voilà partis pour notre première destination. Il s’agit des Grottes du Dragon (Coves del Drac) situées à quelques minutes seulement de notre hôtel. La visite se fait de manière semi-libre : il y a un circuit qu’on ne peut emprunter que dans un sens, et qui n’est accessible qu’à heures fixes. Nous démarrons vers 10h45. Ce qui frappe dès l’entrée c’est la chaleur (près de 20°C) et l’humidité (environ 95%), alors qu’on avait prévu de gros pulls pour éviter le froid habituel dans ces lieux.

Mais le spectacle vaut largement le déplacement. D’immenses salles superbement éclairées s’offrent à nos yeux, avec des stalagmites et stalactites de toutes formes et couleurs. Quelques extraits :

A la fin de la visite on nous fait asseoir sur des bancs, dans le noir, dans une immense salle qui pourrait largement accueillir une cathédrale, et face à un lac souterrain. Puis (après un message en 6 langues : espagnol, allemand, anglais, français, italien, portugais – indiquant qu’il est interdit d’utiliser n’importe quel appareil d’enregistrement) démarre un concert de musique classique joué par 4 musiciens (2 violons, un violoncelle et un sur un clavier qui n’est pas exactement un piano – plus petit) qui traversent le lac sur une barque. Plus kitch tu meurs. Cela dit, l’effet est sympa. La musique n’est pas amplifiée (autrement dit, quand tu as une sortie de classe de 60 petits de 6-8 ans qui semblent tous atteints d’une mutation entre la Bronchiolite et l’anthrax et qui n’arrêtent pas de tousser, tu n’entends pas grand chose, à part les adultes encadrants qui essaient de calmer le jeu avec quelques « ssshhhhhhht » bien placés) ce qui permet de sentir les vibrations des instruments…

On quitte la grotte et on se dirige quelques kilomètres plus loin, au Safari / Zoo de Porto-Cristo (oui, c’est Poupoussy qui nous a concocté le programme. J’ai l’impression qu’elle veut nous prouver qu’il n’est pas ambitieux alors qu’en fait si !).

Après nous être acquittés des billets d’entrée (pas donnés), nous sommes autorisés à pénétrer avec notre véhicule dans le safari. Les animaux sont en semi-liberté. Ils ont un immense terrain où ils peuvent se déplacer où bon leur semble. Ce sont les voitures qui doivent suivre un circuit bien défini et s’arrêter quand des animaux sont juste à côté.

On a ainsi pu voir des très près un rhinocéros, des antilopes, des gnous, des zèbres, girafes, des autruches, et d’autres espèces dont on a déjà oublié le nom.

Le fameux rhinocéros de profil…

et son toussik !

Puis on voit un mouvement de foule… mais que se passe-t-il ?

Ah, c’est l’arrivée des babouins chamboule tout ce p’tit monde !

C’est clairement eux qui mettent l’ambiance ici. Ils n’hésitent d’ailleurs pas à grimper sur les voitures :

 

Sauf les zèbres et les girafes qui restent imperturbables…

En sortant du safari, il y a un p’tit zoo où l’on peut voir de près d’autres animaux. On sent bien que les animaux sont un peu moins bien que dans la partie Safari…

Ce qui n’empêche pas Eden de s’approcher de certains d’entre-eux.

Salut le poney !

Salut la biquette !

Salut Simba !

Crinière contre crinière 🙂

Un caiman de Chine

Daisy l’éléphant

et Nala qui manifestement était un peu fatiguée…

Il y a une aire de jeux pour les enfants à la fin du zoo. Eden en profite pour tester toutes les installations

Le parcours du combattant

Un toboggan

Et puis surtout cet éléphant qui a l’air tout à fait inoffensif vu face…

Sauf que quand on le voit de profil…

Puis de derrière, on se rend compte de l’immense faute de goût des concepteurs 😀

Allez, il est temps de quitter notre safari et de continuer vers le nord-est de l’île. On se rend à Capdepera où se trouve le phare le plus septentrional oriental (private joke) de Majorque. On y accède par une petite route qui traverse une sympathique pinède.

En redescendant, on voit une falaise qui se situe juste au sud du phare et qui, de par son positionnement, permettrait de le prendre en photo sans contre-jour. On décide de s’y rendre. Après quelques cul-de-sacs on trouve un parking qui permet d’y accéder relativement facilement. 5 minutes de grimpette et me voilà en haut de la falaise, avec une belle vue sur le phare.

On aperçoit le phare au bout

Sur le chemin

les falaises

Eh ben voilà !

On repart de Capdepera et on se dirige vers Cala Ratjada. D’après notre guide, on y trouve un château qui mérite une photo, au moins de loin. Malheureusement, impossible de trouver un point de vue intéressant, on a fait toutes les routes aux alentours, et à chaque fois qu’on avait un point de vue il était interdit de nous arrêter. Puis quand on pouvait s’arrêter, le château n’était plus visible…

Tant pis, on trace notre route jusqu’à Arta où la vieille ville est semble-t-il de toute beauté.

Eden vient d’entamer une sieste (alors qu’elle clamait haut et fort qu’elle n’était pas fatiguée et qu’elle n’en avait pas besoin). On la place dans sa poussette et on se balade dans la vieille ville.

La place centrale, où se tient le marché toutes les semaines.

Un photographe s’est caché dans cette photo, sauras-tu le retrouver ?

De jolis pots de flowers

Celui-là est pas mal aussi, avec sa choucroute sur la tête

On décide de grimper en haut de la colline qui abrite une église (malheureusement en travaux)

Et une vue sur les toits de la ville

La place de l’église

Eden profite de la balade à sa manière…

On grimpe encore pour arriver jusqu’au chateau (Santuari de Sant Salvador). Sur le chemin on voit des arbres en fleurs. On lance les paris. J’ai l’impression de voir des amandiers, et Poupoussy des pêchers… qui pourra nous départager ?

Depuis là haut on a une vue sur la campagne environnante

Le château fort depuis l’extérieur

et dans l’enceinte

Une autre église là haut

Les demeures du coin ne sont pas mal

On peut faire le tour des remparts

On redescend et on s’achète une glace pendant que le bébé dort encore (parents indignes :D)

On repart en direction de l’hôtel (10 minutes de voiture) pour profiter de la piscine. Certains horaires sont autorisés pour les enfants.

On barbote avec Eden dans la piscine de l’hôtel jusqu’à 18h.

Après une p’tite douche on repart au centre de Cala Millor à la recherche d’un endroit pour manger. On trouve un restaurant italien qu’on avait repéré auparavant sur TripAdvisor qui semble bien noté. En effet, on est super bien reçus, la bouffe est entièrement faite maison (on sent que même les pâtes sont faites maison), et les tarifs carrément abordables, même le soir. Si vous êtes dans le coin, on vous recommande le « Osteria Pane & Olio ».

Retour à l’hôtel, rédaction de l’article et dodo.

8 Responses to 21 février 2017 – Cala Millor – Porto Cristo – Arta – Capdepera – Cala Millor

  1. Bon, alors en tant qu’ingénieur agronome, je vous annonce qu’il s’agit de…. ben en fait j’en sais rien ;p ouais, je crains comme agronome, hein…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *