10 juillet 2015 – Jorpeland – Breiborg

La nuit a été calme dans notre marina. Il faut dire que notre exploit sportif d’hier nous a bien assommé. Cela dit, on n’a pas non plus entendu nos lointains voisins camping-caristes, et on n’a pas été dérangés par des policiers armés pour nous faire déguerpir…

Hier soir comme la p’tite était gelée, on a mis un peu de chauffage. Ce matin c’était pour nous qu’on l’a démarré quelques minutes, la température intérieure était descendue sous les 15°. Il est super efficace.

Au matin on tourne dans la ville de Jorpeland pour chercher (et rapidement trouver) un hotspot wifi pour envoyer l’article de la veille. Puis après avoir fait le plein de gasoil, nous voilà partis sur la RV 13,  « route touristique nationale », en direction de Hjelmaland où nous attend notre premier ferry de la journée. La route est sympathique sur cette portion, vallonnée, bordée de forêts, de petits villages et de champs, avec vue sur des fjords de temps en temps.

On s’arrête dans une station-service qui propose de l’eau et une zone de vidange pour faire le plein et vides les eaux usées. Puis on profite du supermarché attenant pour faire quelques courses pour le midi. On s’arrête quelques kilomètres plus loin pour pique-niquer. On mange local : tartines avec du fromage aromatisé à la mandarine et à l’ananas (ne faites pas « beurk », c’était très bon) ainsi qu’un autre fromage, et du concombre.

Notre emplacement de ce midi

On tente une turbo-sieste sans beaucoup de succès, alors on repart sur cette belle route. Un peu plus tard nous arrivons à Hjelmeland où nous ne sommes pas les premiers pour prendre le ferry, mais ce dernier arrive très vite.

D’énormes pneus pour protéger les bateaux en cas de vent trop violent

Un village sur le flan du Fjord

Deux vrais nains rencontrés sur la route !

Pendant la traversée, vue sur le Josenfjorden

Nous traversons ensuite la région de Ryfilke, très belle également. La route devient plus étroite et sinueuse.

Un élevage de poissons (saumons ?) dans le Josenfjorden

Petit lac

« Eh, Olaf, t’es même pas cap de construire une maison sur la p’tite île au milieu du lac ». « Ah ouais !? »

Notre prochain ferry

Petite route de montagne, ça devient plus étroit…

Nous arrivons à Sand, et fonçons vers le débarcadère (on a vu notre ferry arriver, et les premières voitures sont déjà descendues). On arrive pile au moment où il part, on a juste le temps d’embarquer et il démarre avec nous. La traversée est rapide (moins de 10 minutes).

Ciao ciao Sand…

Vue sur le Saudafjorden. Il semblerait que c’est là-bas, tout au bout, qu’on doit aller.

On reprend la route qui longe le fjord jusqu’à Sauda.

Magnifique ce fjord !

Sur la route, on tombe sur un panneau « attention cascade », « vitesse limitée à 50km/h », « risque de glissades ». Il y’a probablement une raison. En fait il s’agit d’une énorme cascade qui tombe à quelques mètres de la route, causant un énorme nuage de gouttelettes d’eau.

On s’arrête pour emprunter le petit chemin qui grimpe jusqu’en haut de la cascade.

On se fait bien arroser !

Nous arrivons à Sauda qui semble être une ville avec un passé (et peut être un présent) industriel.

A l’entrée de la ville, au bord du fjord, un magnifique emplacement gratuit pour camping-cars avec eau, électricité, et belle vue sur le fjord. Un gros camping-car allemand est déjà sur les lieux. Deux autres (Belges) le rejoignent rapidement. On s’enfuit.

En passant dans Sauda, on s’arrête à l’aire de jeux pour qu’Eden se dégourdisse un peu les jambes. Elle se fait rapidement une copine norvégienne pendant que je discute avec son grand père. Il est originaire de Sauda et aime beaucoup sa région. Nous échangeons sur notre parcours passé et futur et il m’indique quelques routes intéressantes à prendre.

Il nous dit également qu’il y’a beaucoup de neige « la haut » et que la route n’a été ouverte que la semaine dernière. On comprend que « là-haut », c’est là qu’on va…

Et en effet, dès qu’on sort de Sauda, la route devient pour le coup encore plus étroite et raide. On grimpe pendant pas mal de kilomètres avec la falaise d’un côté et le vide de l’autre. Il y’a beaucoup de photos qu’on aurait voulu prendre mais qu’on ne peut pas, car on ne peut pas s’arrêter en plein milieu de la route, et que les endroits pour se croiser sont souvent pas forcément là où il faut (photographiquement parlant).

Quelques exemples

Une cascade croisée sur la route.

On grime tellement qu’à un moment donné on arrive sur un plateau complètement enneigé.

Un lac en partie gelé

On pense être arrivés en haut de la montagne, et on se dit que le norvégien rencontré à Sauda a un peu exagéré…

Mais en continuant, la route monte et monte encore… et là ça commence à devenir intéressant !

Des montagnes enneigées à perte de vue

Des spots de folie pour camper.

On commence à chercher l’endroit idéal pour nous arrêter. On fait un peu les difficiles, et on laisse passer quelques spots magnifiques.

Exemple ici : on a failli nous arrêter au bord de ce lac presque gelé

Finalement on continue à grimper et on s’arrête dans une cuvette, entourés de montagnes enneigées.

La route devant nous est bordée de murs de neige de plusieurs mètres

En nous arrêtant, on couche la petite, puis je m’attelle à un test ultime avec le frigo. En effet, lorsqu’on a eu notre problème de boiler, on a remarqué que l’ancien propriétaire avait laissé un gros câble 12V disponible en cas de besoin dans la soute (déjà branché à la batterie). On tente de le brancher directement au frigo (je suis devenu expert des cosses, prises 12V, etc.) et en quelques minutes, le frigo redémarrer et fonctionne exactement comme souhaité !

Ce n’est peut-être pas grand-chose pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Ça veut dire qu’on a va enfin pouvoir stocker des choses au frais pendant plusieurs jours. Le test ultime, c’est de voir combien le frigo pompe sur la batterie pendant une nuit. Avant de le démarrer, vers 21h, la batterie auxiliaire était à 12,20V. Je viens de tester (minuit), et elle est à 12V, donc à première vue ça ne me semble pas trop déconnant. On en saura plus demain matin, puis après avoir roulé toute une journée.

8 réponses

  1. Waow ces paysages enneigés, incroyable ! Alors qu’ici la chaleur fait son retour 🙂

    Vous êtes à quelle altitude, tu as une idée ??

    En tout cas, toujours aussi génial de voyager à travers le blog…

  2. Hoù là là mais j’ai du retard moi, avec ce week-end du 14 juillet !

    C’est tellement beau que ça en devient lassant ! (nan, je déconne)

    P.S : Je sais pas si c’était fait exprès mais le « flan du fjord » m’a bien fait rire 😉 (flan, fjord, yaourt, toussa…)

Répondre à ohad Annuler la réponse